le direct Musique sacrée

Attentat de Lahore : les chrétiens étaient visés

Dimanche 27 mars, un attentat-suicide a causé la mort d’au moins 72 personnes et fait plus de 200 blessés à Lahore au Pakistan. L’attaque a eu lieu en plein dimanche de Pâques dans un parc très fréquenté. Lundi, le groupe taliban pakistanais a revendiqué l’attentat et affirme avoir délibérément visé les chrétiens.

Des secouristes après une explosion à Lahore (est du Pakistan), le 27 mars 2016 / AFP
Des secouristes après une explosion à Lahore (est du Pakistan), le 27 mars 2016 / AFP

En fin de journée, dimanche 27 mars, une forte déflagration a retenti dans le parc Gulshan-e-Iqbal, un parc proche du centre-ville de Lahore, ville du sud-est du Pakistan. Un homme s’est fait explosé à l’entrée de ce parc, très fréquenté en ce dimanche de Pâques par la communauté chrétienne. Lundi midi, le bilan atteignait 72 morts. Parmi eux, 29 enfants et 6 femmes. Plus de 200 personnes ont également été blessées. Et le bilan pourrait s’alourdir.

Le kamikaze s’est fait exploser près de l’aire de jeux pour enfants. Lundi matin, cette attaque a été revendiquée par le groupe de talibans pakistanais Jamaat-ul-Aharar. Le porte-parole du groupe taliban, Ehsanullah Ehsan, a déclaré :

« Nous avons perpétré l’attentat de Lahore car les chrétiens sont notre cible. Nous envoyons ce message au Premier ministre Nawaz Sharif pour lui dire que nous sommes entrés dans Lahore. Il peut faire ce qu’il veut, il ne nous arrêtera pas. Nos kamikazes vont continuer ces attaques. »

Les chrétiens pakistanais étaient ainsi clairement visés en ce dimanche de Pâques. Les autorités de la ville estiment qu’entre 10 et 15 chrétiens ont été tués dans cette attaque. L’attentat de Lahore est le plus meurtrier commis au Pakistan depuis le massacre de 134 élèves dans une école gérée par l’armée à Peshawar, en décembre 2014. Un deuil de trois jours a été décrété dans la province du Pendjab, dont Lahore est la capitale.

Condamnations du monde entier

Suite à cette attaque, les condamnations sont arrivées du monde entier.

Par la voix de son porte-parole, le Vatican a réagi dimanche soir à cet attentat. Le père Lombardi a assuré que le Pape Français avait été informé de cet « horrible massacre de dizaines d’innocents, qui jette une ombre de tristesse et d’angoisse sur la fête de Pâques« . Il a ajouté :

« Encore une fois, la haine homicide frappe vilement les personnes qui sont le plus sans défense. Avec le pape, nous prions pour les victimes, nous sommes proches des blessés, des familles frappées d’une immense douleur, des membres des minorités chrétiennes encore une fois frappées par la violence fanatique, de l’ensemble du peuple pakistanais blessé. Comme le pape l’a dit ce matin (dans son message de Pâques « Urbi et orbi »), en dépit de la poursuite de ces manifestations horribles de haine, le Seigneur crucifié pour nous et ressuscité continue de nous donner le courage et l’espérance nécessaires pour construire des chemins de compassion, de solidarité, de dialogue, de justice, de réconciliation et de paix ».

Radio Vatican : Attentats au Pakistan : le Pape François exprime sa douleur

Malala Yousafzai a elle aussi réagi. La jeune pakistanaise lauréate du Prix Nobel de la Paix, et elle aussi victime d’une tentative d’assassinat des talibans en octobre 2012, aujourd’hui réfugiée en Angleterre, s’est exprimée au travers d’un tweet :

« Je suis dévastée par les morts insensés de ces innocents aujourd’hui à Lahore. Mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et leurs amis. Je condamne cette attaque en les termes les plus forts. Nous nous tenons tous ensemble avec les familles des victimes. Le Pakistan et le monde entier doivent être unis. Chaque vie est précieuse et doit être respectée et protégée ». 

Du côté des gouvernements, François Hollande a exprimé « sa solidarité aux autorités et au peuple du Pakistan« . Il a également rappelé sa « volonté inflexible » de « continuer à combattre partout le terrorisme« . De leur côté, les Etats-Unis ont fermement condamné « l’horrible attaque terroriste« . La Maison Blanche a promis son aide au Pakistan et à toute la région pour « extirper les racines du fléau terroriste« .

Lahore, rarement visée par les talibans

L’attentat a eu lieu dimanche en fin d’après-midi dans cette ville du nord-est du Pakistan. Une attaque d’une telle ampleur est inédite dans cette région, fief de l’actuel Premier ministre Nawaz Sharif. Ce sont généralement les régions du nord-ouest du pays, frontalières de l’Afghanistan, qui sont visées par les attaques des talibans. Le groupe Jamaat-ul-Ahrar a d’ailleurs souligné cet choix dans sa revendication : « Nous envoyons un message au Premier ministre pour lui dire que nous sommes entrés dans Lahore« .

Le Premier ministre, originaire de Lahore, est pourtant connu pour être un musulman conservateur et son fondamentaliste religieux. Son retour à la tête du pays en 2011 avait soulevé les craintes des minorités religieuses, et notamment de la minorité chrétienne du Pakistan. Son passé ne plaidait pas en sa faveur. Lors de son précédent passage au gouvernement pakistanais de 1996 à 1999, Nawaz Sharif avait renforcé les peines prévues par les lois anti-blasphèmes. De plus, lorsque son frère, Shahbaz Sharif, avait été ministre-président (l’équivalent de gouverneur) de la province du Pendjab, les attaques antichrétiennes avaient fortement augmenté.

Les chrétiens du Pakistan : une minorité persécutée

Depuis une quinzaine d’années, le Pakistan est la cible de violents attentats commis par les islamistes, depuis qu’Islamabad s’est ralliée aux Etats-Unis contre Al-Qaïda. Mais la persécution de la minorité chrétienne est bien plus ancienne. Au Pakistan, les chrétiens représentent à peine 2,5% de la population estimée à 180 millions d’habitants, et composée de 96% de musulmans. Les persécutions se fondent souvent sur la loi anti-blasphème, adoptée en 1986 sous la dictature de Muhammad Zi-ul-Haq. Le fait d’injurier le prophète Mohammed est aujourd’hui passible de la peine de mort.

Monseigneur Coutts, archevêque de Karachi, témoignait en janvier dernier de cette situation, à l’occasion de la Nuit des Témoins organisée par l’Aide à l’Eglise en Détress. Vous pouvez réécouter l’émission Décryptage du jeudi 28 janvier 2016 de Philippe Delaroche consacrée à la Nuit des Témoins avec Monseigneur Coutts :

Ainsi que la veillée de la 8e Nuit des Témoins organisée par l’Aide à l’Eglise en détresse en la cathédrale Notre-Dame de Paris le vendredi 29 janvier dernier :

Avec AFP et Radio Vatican