le direct Musique sacrée

La résurrection du Christ

33 après JC: Clavius, tribun romain, est chargé d’enquêter sur la mystérieuse disparition du corps d’un crucifié. Il s’appellerait Jésus.

Clavius (Joseph Fiennes), tribun romain, est mandaté par le préfet de Jérusalem, Ponce Pilate (Peter Firth), pour aller mater une bande de rebelles. Dès son retour, il est convoqué par le préfet qui lui ordonne d’aller superviser la fin d’une crucifixion vu l’agitation autour d’un des condamnés nommé Jésus (Cliff Curtis). Le tout dans un climat tendu, même la météo semble affolée.

Après la mort du condamné et sous la pression du Sanhédrin, Pilate ordonne de faire sceller et garder le tombeau. Car Caïphe craint que les disciples de cet hérétique ne l’enlèvent pour faire croire à sa résurrection.

Le lendemain, stupeur !, le tombeau est ouvert et le corps ainsi que les sentinelles se sont volatilisés. Paniqué et harcelé par le Sanhédrin, Pilate ordonne à Clavius d’enquêter et de retrouver le corps avant que la rumeur ne se propage. Secondé par son aide de camp Lucius (Tom Felton), Clavius va tout faire pour retrouver le corps du condamné en traquant ses disciples apeurés qui se cachent. S’ensuit pour lui une course sur les pas du Christ, qui l’emmènera plus loin que toute la gloire de Rome.

La Résurrection (Risen en anglais) est un film réalisé par Kevin Reynolds (pour les cinéphiles, il est tristement célèbre pour avoir réalisé l’un des plus gros fiascos hollywoodien avec Waterworld). On peut dire qu’il a su se rattraper. Avec un casting de stars (Jospeh Fiennes, Tom Felton, Cliff Curtis et Peter Firth), il donne la version des derniers jours du Christ sur terre vus par un officier romain, celui-là même qui l’a mis à mort. Distribué en France par Saje (société de distribution de films d’inspiration chrétienne) et Sony France, « La résurrection du Christ » sortira le 4 mai 2016.

bda036f30da7d909900f6a7067002a20Lucius et Clavius aux prises avec une enquête qui les dépassent

Avec un budget de 20 millions de dollars (10 de moins que la Passion du Christ de Mel Gibson), le réalisateur s’en sort admirablement. Si la prestation peut-être trop stoïque de Joseph Fiennes peut agacer, on se laisse assez facilement guider à travers ses yeux dans les coulisses des évangiles. On y suit donc l’évolution de Clavius qui s’aperçoit progressivement qu’il est en train d’assister  à un évènement qui changera à jamais l’histoire de l’humanité.