le direct Musique sacrée

L’Eglise de Puteaux, repeinte par la municipalité, en voit de toutes les couleurs

19810280

Le curé de la paroisse Notre-Dame de Pitié de Puteaux refuse de polémiquer pour l’instant. Pourtant, son église a été repeinte par la municipalité, sans qu’il ait donné son accord.

Puteaux : l’église repeinte par la municipalité sans l’accord du curé

C’est au retour des vacances de Noël que les paroissiens de l’église Notre-Dame de Pitié, à Putaux, ont eu une drôle de surprise. Au sein de l’édifice religieux, le bénitier et quelques murs avaient été repeints en violet, les statues en jaune beige, et le choeur de l’église en rouge. Une initiative de la municipalité, et qui semble moyennement satisfaire le curé des lieux, le père Alain Lotodé.

 

Pas de commentaires de la part de la mairie

Pour l’instant, celui-ci ne souhaite pas polémiquer sur la question, d’autant plus qu’il doit se rendre fin janvier à la mairie afin de discuter de ce problème. Il précise toutefois que la municipalité ne l’a « ni concerté, ni même informé de ces aménagements ». Côté pouvoirs publics, on ne souhaite pas faire de commentaires. La seule trace d’un tel chantier remonte au 20 janvier dernier, quand le quotidien gratuit 20 minutes faisait état d’une « mesure de sauvegarde et d’entretien qui comprenait une réfection suite à des infiltrations d’eau ».

 

La loi de 1905 autorise les municipalités à faire des travaux dans les édifices religieux

Alors que le débat sur la laïcité est relancé, il est bon dans une telle affaire de se pencher sur ce que dit réellement la fameuse loi de 1905. Dans son article 13, elle précise que les communes peuvent engager des dépenses pour entretenir les édifices religieux. La mairie de Puteaux était donc en droit d’engager ces travaux, mais a commis une erreur en ne prévenant pas le curé de la paroisse.

Reste la question du bénitier repeint en violet. Un objet qui n’appartient pas à la municipalité mais à la paroisse. L’autre erreur est évidemment de l’avoir repeint, encore une fois, sans l’autorisation de la paroisse.