le direct Musique sacrée

Le pape François plaide pour "une paternité responsable"

Répondant aux questions de la presse dans l’avion qui le ramenait des Philippines, le Saint-Père a dénoncé le « néo-malthusianisme en cours » et appelé les catholiques à ne pas procréer « comme des lapins ».

Le pape François n’a ps dérogé à ses habitudes. C’est avec franchise et liberté qu’il a répondu aux différentes questions des journalistes dans l’avion qui l’a ramené de Manille à Rome ce 19 janvier 2015. Le pontife a une nouvelle fois évoqué la liberté d’expression, appelant à la « prudence » dans sa pratique : « c’est une vertu de la coexistence humaine ». Le Saint-Père a également confirmé des voyages à venir en Afrique et en Amérique latine, ainsi qu’un déplacement aux Etats-Unis pour fin septembre.

pape retour Manille

« L’ouverture à la vie, condition de sacrement de mariage »

Il a aussi été question de la famille. Le pape François n’a pas hésité à parler de la procréation. « La femme ne peut donner le sacrement et l’homme, à la femme, s’ils ne sont pas d’accord sur l’ouverture à la vie », a affirmé le pontife, qui s’est ensuite inquiété de la dénatalité en Italie et en Espagne, s’élevant contre le « néo-malthusianisme universel » : « Je crois que le nombre de trois par famille est ce que disent les experts pour maintenir la population… En Italie, j’ai entendu qu’en 2014 il n’y aura plus personne pour payer les retraités. On arrive dans l’autre extrême ». Ne s’arrêtant pas à cette réflexion, François a ajouté que cela ne signifiait pas que « les chrétiens doivent faire des enfants en série ». « Certains croient, excusez-moi du terme, que pour être de bons catholiques, ils doivent être comme des lapins ». Et le Saint-Père d’évoquer sa rencontre avec une femme enceinte de son 8ème enfant après sept césariennes : « Vous voulez laisser orphelin sept enfants ? cela est de votre responsabilité », lui a alors dit le pape. La femme de lui répondre : « Oui, moi j’ai confiance en Dieu ». « Mais Dieu te donne les moyens pour être responsable », a rétorqué François. « Même si pour les pauvres, l’enfant est un trésor », a-t-il conclu dans l’avion, « l’exemple de cette femme c’est de l’irresponsabilité ».

« La paternité responsable »

L’Eglise défend la « paternité responsable » a répété le pape François à plusieurs reprises. « Comment fait-on cela ? Par le dialogue… Il existe dans l’Eglise des groupes matrimoniaux, des experts, des pasteurs ». Pour finir, le pape François a une fois encore montré du doigt « la colonisation idéologique » contre la famille. « J’ai vu moi-même, il y a vingt ans, une ministre de l’instruction publique argentine qui avait besoin d’un prêt important pour construire des écoles pour les pauvres. Le prêt pouvait être concédé à condition qu’il y ait, dans les écoles, un livre pour les enfants d’un certain niveau, où on enseignait la théorie du genre… Cela est la colonisation idéologique : on colonise une idée, qui n’a rien à voir avec le peuple ».

Sources : La Croix