le direct Musique sacrée

Laura Morosini : "à chacun de baisser son empreinte carbone"

Les chrétiens s’engagent-ils suffisamment pour l’écologie ? Qu’attendre de l’encyclique du pape François sur l’environnement ? Quelles actions individuelles possibles pour baisser l’empreinte carbone ? Découvrez le portrait du mois : Laura Morosini, de Chrétiens unis pour la terre.

L’environnement ? C’est une question que Laura Morosini connaît bien. Et pour cause : elle a suivi une formation de juriste de l’environnement. Experte en politique publique environnementale, cette maman de deux enfants, habitante de Ménilmontant à Paris, met toutes ses compétences au service des Chrétiens unis pour la Terre. « Ce n’est pas un événement qui a été à l’origine de cet engagement », explique-t-elle. Une enfance passée à Monaco, au milieu d’une « certaine opulence ». « J’ai vite constaté que malgré des biens matériels abondants et surabondants, la misère spirituelle et humaine étaient souvent très fortes ». Sensibilisée dès le plus jeune âge à la question des ressources naturelles et du rapport à la consommation, Laura Morosini perçoit très vite ce dernier comme pervers. Un engagement pour le climat, l’environnement et l’écologie très lié à sa foi chrétienne.

L’Eglise et ses saints ont donc beaucoup à nous apprendre du rapport à la nature et à la Création, à l’image de la Bible et du livre de la Genèse. Un message que l’on n’a pas forcément bien interprété comme l’explique Laura Morosini.

Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI : nombreux sont les papes qui ont fustigé le consommateur absolu. Laura Morosini attend beaucoup de la future Encyclique du pape François sur l’environnement.

 

Que faire dès lors pour agir pour le bien de l’environnement ? « Il ne s’agit pas d’être prescriptif », répond Laura Morosini, « mais au niveau éthique, chacun peut contribuer à son échelle et à sa manière, en se débrouillant pour diminuer son empreinte écologique, baisser son empreinte carbone ».

Un engagement qui, pour Laura Morosini, fait écho à l’Evangile selon saint Luc (3,14) : « Ne faites de violence ni de tort à personne et contentez-vous de votre solde ». 

La COP21 qui débutera à Paris en novembre prochain sera donc un moment crucial. « Pour peser sur la COP, il faut être nombreux », conclut Laura Morosini, « les religions peuvent devenir un acteur décisif pour toucher les cœurs des négociateurs ».

Plusieurs temps forts à venir pour les chrétiens engagés dans la défense de l’environnement :

– Le 21 mai 2015 : un colloque interreligieux

– Le 31 mai 2015 : Une Marche Urgence Climat qui partira de Montparnasse à Paris à 16h pour se terminer par un temps de prière à la Basilique Montmartre.

– Du 28 au 30 août 2015 : les Assises de l’Ecologie à Saint-Etienne « Changeons de climat ».

– Le 1er septembre 2015 : Une conférence à Notre-Dame de Ménilmontant à Paris de Mgr Eric de Moulins-Beaufort chargé des questions climatiques et environnementales pour le diocèse de Paris.