le direct Musique sacrée

Avortement : le pape François accorde un pardon exceptionnel pour l’Année de la miséricorde

av

A l’occasion du prochain Jubilé de la miséricorde, l’Eglise va accorder un pardon exceptionnel aux femmes ayant avorté ainsi qu’aux personnes les ayant aidées. Une initiative du pape François qui ne remet pas en cause la position de Rome sur la question.

Le Jubilé de la miséricorde se précise

Décidément, le Jubilé de la miséricorde qui doit débuter en décembre prochain, pour s’achever en novembre 2016, prendra une tournure particulière. Selon son coordinateur, l’archevêque italien Rino Fisichella, les femmes ayant avorté ainsi que les personnes les ayant aidées pourront obtenir réparation, lors de cette occasion si particulière pour les catholiques qui veulent se faire pardonner leurs péchés. Lors de ce jubilé, qui durera un an, des milliers de prêtres seront envoyés de par le monde, comme missionnaires de la miséricorde de Dieu, afin d’apporter aux personnes, et notamment celles vivant dans les coins les plus reculés de la planète, le sacrement de réconciliation.

L’avortement fera partie des péchés pardonnés

Parmi les péchés qui seront accordés, figurera donc l’avortement. Jusqu’à présent, les évêques pouvaient autoriser certains ou tous les prêtres de leur diocèse de pardonner cette faute, lors de temps liturgiques particuliers comme l’Avent ou le Carême. Cette disposition sera étendue pour une durée d’un an, sous l’initiative du pape François, à condition bien sûr que les personnes confessant ce péché expriment un vrai repentir. François, qui a qualifié d’horreur l’avortement, s’est toutefois montré sensible depuis le début de son pontificat au sort de millions de femmes qui interrompent chaque année leur grossesse, et parmi elles de nombreuses catholiques.

IVG : l’Eglise continue de condamner

Toutefois, et pour éviter tout emballement ou mauvaise interprétation des médias, Rome a fait savoir que « l’avortement reste un péché, et le pape n’a pas décidé de l’abroger ». Ces derniers temps, l’avortement est revenu sur le devant de la scène, pour l’Eglise. En 2009, le Vatican avait notamment soutenu l’excommunication d’une mère et de médecins brésiliens, qui avaient fait avorter une petite fille violée par son beau-père. Une décision qui avait entraîné de nombreuses critiques, y compris dans les hautes sphères du Vatican.