le direct Musique sacrée

Vatican : « La chirurgie plastique est comme une burqa de chair »

Dans un rapport récemment publié, le Vatican qualifie les liftings, liposuccions et autres actes de chirurgie plastique, d’agressions envers l’identité de la femme.

L’assemblée plénière du Conseil pontifical de la culture s’est réunie la semaine dernière à Rome afin de discuter sur le thème « Les femmes et la culture : entre égalité et différences ». Parmi plusieurs axes de réflexion : recherche d’équilibre, différences entre hommes et femmes, formes de participation des femmes à la vie de l’église,… Le document publié par le Vatican souligne la menace de la chirurgie esthétique sur notre identité. Une forme de « médecine » qui concerne particulièrement les femmes. Les interventions de chirurgie esthétique « amputent des possibilités d’expression d’un visage humain, qui sont connectées aux capacités d’empathie », estime le Vatican. Elles peuvent constituer « une agression envers l’identité de la femme, démontrant un refus du corps », dénonce par ailleurs le document, rappelant que l’identité est « le point de convergence de la fragilité quotidienne, de la vulnérabilité, la mutabilité, et la multiplicité entre la vie intérieure émotive et physique extérieure ».

Ainsi, le Vatican craint que la société s’enracine dans un modèle féminin unique, relayée par les grands médias et la publicité. L’image d’un corps parfait éloignerait les femmes de leurs expressions propres et même la dimension esthétique de leur corps que ces dernières nient. « La chirurgie plastique est comme une burqa de chair« , peut-on lire dans les colonnes du rapport. Le texte prend néanmoins soin de distinguer la chirurgie esthétique normative des chirurgies médicales utiles comme les reconstructions faciales après un accident.

En élargissant sa réflexion et par rapprochement avec les techniques de procréation telles que la PMA ou la GPA, le Vatican redoute que le corps de la femme ne soit plus envisagé comme l’être d’une personne mais comme un objet purement fonctionnel.

Sources : Cultura.va, Aleteia