le direct Musique sacrée

Le couple à l'épreuve de la crise : que faire ?

Le couple et le sens de son engagement seront au cœur du Synode sur la famille, du 4 au 25 octobre. Comment faire face aux tensions, comment éviter la rupture et le divorce ? Comment redonner un souffle à la vie à deux ? Quelques pistes sur Radio Notre Dame.

couple en crise

« Les couples aujourd’hui se lancent souvent dans l’aventure sans avoir pris la mesure de ce que ça veut dire communiquer en couple », explique Marie-Wandrille Miglianico, conseillère au Cler Amour et Famille, qui reçoit des couples de 20 jusqu’à 70 ans, de tous milieux et de cultures différentes.

« La crise vient du fait que l’autre ne correspond pas exactement à ce qu’on voudrait qu’il soit », ajoute Chantal d’Audiffret, des « sessions Imago« , « on réagit exactement comme les animaux, notre cerveau reptilien nous fait exploser ou on se renferme dans notre coquille. On coupe le lien ». « Plutôt que de se mettre en opposition, se mettre en apposition, pour comprendre les différences et faire retomber la pression », souligne Antoine d’Audiffret.

L’art de bien communiquer : l’enjeu est donc là. Cela ne paraît pas facile quand on sait qu’hommes et femmes ont des attentes bien différentes. « Il est souvent difficile d’exprimer ses émotions et son ressenti. Là aussi est la clé d’une bonne communication, le choix du bon mot pour exprimer un sentiment », souligne Marie-Wandrille Miglianico, « cela veut dire oser dire, mais sans dire le ‘tu qui tue’, sans maladresse, pour que l’autre puisse entendre et écouter et s’exprimer à son tour. Il faut éviter le mode de reproche qui blesse l’autre ». Se mettre sur la même fréquence : « Cela demande un travail. Quand on a une exigence ou un reproche à formuler, le fait de mettre les formes et de prendre sur soi permet aux choses d’être entendues ». Attention : il ne s’agit pas d’avoir envie de changer l’autre à tout prix mais déjà d’avoir envie de se changer soi-même. Et Marie-Wandrille Miglianico de souligner : « Tout notre travail, c’est d’aider à faire comprendre que ce n’est jamais tout blanc ou tout noir, chacun doit faire un pas pour aller vers l’autre… Nous en pouvons travailler que si les deux membres du couple sont désireux d’améliorer la situation… Il y a parfois dans l’esprit d’un des conjoints un point de non retour qui a été franchi et bien souvent la relation prend fin ». Enfin, la communication, ce n’est pas que dire, c’est aussi faire, « c’est la tendresse, l’acte sexuel,… ».

Autre clé de l’entente : le choix du moment et du lieu pour dire les choses. « Une remarque au moment inopportun peut empêcher de faire passer le message. Il faudrait consacrer une soirée par mois à un tête-à-tête sans être perturber par les cris des enfants ou les soucis professionnels », insiste Denis Miglianico, lui aussi conseiller au Cler Amour et Famille« Il ne faut pas non attendre que la situation soit trop dégradée, car il est plus difficile de trouver ensemble un chemin ».

« Nous sommes là comme des révélateurs, on essaie d’établir un lien différent entre les personnes, mais ce sont elles qui font le chemin, ce sont elles qui choisissent, ce sont elles qui ont la solution. Cela peut finir par une séparation ».

Réécouter Réécouter Ecclesia Magazine avec Marie-Wandrille et Denis Miglianico, conseillers au Cler Amour et Famille.

Les facteurs de tension

La séparation géographique peut être un facteur de difficultés, d’autant que le rythme des retrouvailles n’est pas le même chez un homme et chez une femme. « La distance la plus grande est dans le manque de vigilance, car dès qu’on lâche un petit peu et que l’on ne nourrit plus l’amour qu’il y a entre nous, on est potentiellement en danger. Le plus dangereux c’est la distance du coeur », ajoute Denis Miglianico. L’arrivée d’un enfant  également : « surtout l’arrivée du premier », explique Marie-Wandrille Miglianico, « qui va bouleverser les relations dans la famille. La mère est souvent moins disponible à l’égard de la vie conjugale. Il ne faut pas oublier que le couple est avant la famille, et restera après la famille, car un jour les enfants s’en vont ». Autres facteurs de tension : une vie professionnelle prenante, des décès dans la famille.

>> Sessions Cler Communiquer en couple

Pour Chantal et Antoine d’Audiffret, des  « sessions Imago« , « il faut regarder la crise comme une occasion d’en grandir. Il faut apprendre à la gérer pour faire ressortir des besoins… C’est une opportunité, c’est un baril d’essence que l’on peut mettre dans le moteur du couple ou on peut mettre le feu à la maison ». Même analyse du côté de Florence Peltier, Relation Aide pour  « 2 heures pour » : « Dans la langue chinoise, le mot crise est composé de deux idéogrammes : le mot danger et le mot opportunité. Le premier ne doit pas prendre trop de place, le thérapeute de couple et conseiller conjugal permet de prendre du recul… Nous devons être des traducteurs ».

Se faire aider : le témoignage d’Elodie

« Mon mari  était très engagé dans son métier, assez médiatisé avec beaucoup de succès. Après la naissance de notre troisième enfant, il a rencontré quelqu’un et a eu une double vie pendant un an et demi. Je l’ai découvert et j’ai fait exploser tout ça. le premier réflexe a été de la chasser mais j’ai réalisé que je me trompai, je les fais revenir en lui disant ‘c’est moi ta femme’. Et puis, nous nous sommes faits aider. On nous a tout de suite dit de ne pas prendre de décision car on était dans la colère. On s’est pris en main, on a travaillé sur nous pendant 2 ans. On a essayé de se reconstruire. Lui a mis beaucoup de temps à se détacher de cette histoire avec cette femme. Ce qui est très positif, c’est que ça s’est très bien terminé. On est heureux et bien ensemble. On a dû séparer physiquement pendant 6 mois. Cette séparation nous a permis de nous retrouver, elle nous a montré que l’on ne pouvait pas se séparer. On a fait le choix de réessayer au bout de 6 mois. C’était il y a deux ans. Nous avons fortifié nos liens. Mon mari qui était tombé amoureux d’une autre personne, m’a redécouvert et est retombé amoureux de moi. L’amour renaît. C’est assez incroyable ».

« Le pardon n’est possible que si l’on a compris ce qui se passe et en quoi on a blessé l’autre ou l’autre nous a blessé », explique Chantal d’Audiffret, « Il faut aller visiter le cœur de l’autre en faisant abstraction de ce que je ressens moi-même. C’est quand on arrive à toucher la vulnérabilité de l’autre que l’on est touché ». « Dans notre méthode, on dit souvent que 90 % du conflit ou de la crise vient de soi-même, il faut aller chercher en soi-même pourquoi on est énervé », ajoute Antoine.

Et Chantal de conclure : « Un beau cadeau qu’un couple peut faire à ses enfants, c’est d’être heureux ensemble et de se donner du temps ». « Quand le couple va mieux, les enfants vont mieux ».

Réécouter Réécouter En Quête de Sens  sur la communication dans un couple

 

>> « Nous sommes un corps uni autour du Pape pour éclairer ses décisions » – La Lettre du cardinal André Vingt-Trois à la veille du Synode sur la famille