le direct Musique sacrée

La bataille de Sainte-Rita

A priori tout a l’air calme, un petit groupe de trois hommes en costume discutent devant l’église bloquée par une barricade de chantier. Devant le parvis, de l’autre coté de la rue, est garé un van noir estampillé en blanc « Liberté, Égalité, Fraternité », simple hasard ou sentinelle avertie?

De fait, ce calme apparent ne masque pas la tension qui y règne puisque trois jours auparavant, les défenseurs de cette église construite en 1900 ont failli en venir aux mains avec les ouvriers venus démolir l’église, à tel point que le député-maire Philippe Goujon et son adjointe ont déposé plainte envers le chef de chantier pour « violence et menace à l’arme blanche » après que, selon leurs dires et au vu de témoins, un des ouvriers l’ait menacé avec un marteau.

Sans titre

L’un des hommes vient à ma rencontre, Nicolas Stoquer, vice-président et porte-parole des Arches de Sainte-Rita,pour ce catholique romain convaincu, la raison de son engagement n’est absolument pas religieux (de fait l’église catholique gallicane est hors l’église), il m’explique que le van est en fait le QG de David Pastor, coordinateur du M14 (Mouvement du 14 juillet) dont l’objectif est de « redonner la parole aux citoyens », nous vous proposons de l’écouter décrire ce mouvement.

Peu après, arrive un sexagénaire à moustache, se présentant comme le Président de l’association des arches de Sainte-Rita. Il s’assure de la solidité du cadenas et inspecte les environs, repérant un fauteuil dans les encombrants, il le fait récupérer pour améliorer l’installation des occupants des lieux, qui bien que murés, font l’objet d’une présence constante de la part de ces résistants.

Qui êtes-vous?

Pourquoi êtes-vous paroissien de Sainte-Rita?

On dit que Mgr Dominique Philippe, curé de Sainte-Rita et primat de l’église catholique gallicane a abandonné Sainte-Rita…

Et à long terme que comptez-vous faire?

De cet échange nous retiendrons tout de même que…. Monseigneur Dominique Philippe n’a jamais payé le moindre loyer au bailleur de Sainte-Rita, il s’est, d’après François Lunsinchi enfui en emportant statues, calices et autres ornements, selon ses dires certains paroissiens ont eu la désagréable surprise d’en retrouver une partie sur un célèbre site de vente en ligne. En l’absence de Mgr Philippe, ce serait Mgr Samuel Pouhé, évêque gallican franco-camerounais qui en assure la représentation « religieuse »

Mais peu importe pour François Lusinchi, « cela fait vingt ans que je viens ici, d’une part parce que je suis très attaché à la messe en latin, et d’autre part parce que mon chien a une âme ».

« J’ai vu des paroissiens en pleurs devant les barricades, je leur ai promis que je me battrai jusqu’au bout pour sauver sainte Rita », en effet ce chef d’entreprise a confié avoir mis ses activités entre parenthèse pour se consacrer à la lutte.

Les riverains interrogés étaient tous solidaires des défenseurs de Sainte Rita, que ce soit comme Sylvie par amour du patrimoine ou Gérard, vieil habitant du XVe très attaché à ses bâtiments, que ce soit « une église, une mosquée, une synagogue, un temple bouddhiste, on ne touche pas au sacré » a-il conclu.

Voici l’un de ces témoignages

Plus qu’une simple querelle de quartier, la guerre de l’église Sainte Rita attire tous les militants, qu’ils soient religieux, politiques, esthétiques ou urbanistiques.

Loin de se démonter, Monsieur Lusinchi, fort du soutien de Philippe Goujon, de Frédéric Lefebvre et de Mgr Gaillot (!), a appelé le pape François et tous les catholiques de France à les soutenir, se disant prêt à mener le combat jusqu’au bout. A ce moment une voiture de police passe, reconnait François Lusinchi et lui demande si tout va bien, en effet depuis trois jours, les patrouilles de police passent toutes les heures…Et pourtant cela n’a pas empêché les paroissiens, aidés par des Anonymous et le collectif de David Pastor à reprendre pied dans l’église et y célébrer la messe ce dimanche.

Si ces résistants échouaient, chiens, chats, rats, dromadaires et lamas devront aller se faire bénir ailleurs.

545872_10151968785963695_892666286_n