le direct Musique sacrée

Pour Benoît XVI, la musique sacrée conduit tout droit à Dieu

benoit-xvi

On savait le pape François grand amateur de musique classique, mais le pape émérite, Benoît XVI, l’est tout autant.

Les frères Ratzinger : pour l’amour de Dieu et de la musique

Samedi dernier, Benoît XVI recevait deux doctorats honoris causa de deux institutions polonaises, de Cracovie : l’Académie musicale, et l’université pontificale Jean-Paul II, créée par l’actuel pape émérite en 2009. Une cérémonie qui s’est déroulée à la résidence d’été de Castel Gandolfo, où Benoît XVI prend quelques jours de repos jusqu’au 14 juillet prochain.

L’occasion de rappeler que Benoît XVI est un grand mélomane, une passion qu’il tient de son frère, Georg, prêtre également, et ancien chef de choeur de nombreuses chorales en Allemagne. Très proches et très mélomanes, les deux frères jouent du piano à quatre mains. Mais tandis que le plus jeune se consacre à la théologie, l’aîné s’occupe de chant. L’un va gravir les échelons de l’Eglise jusqu’au trône de Saint-Pierre, à Rome, et l’autre s’occuper du chœur de la cathédrale Saint-Pierre, à Ratisbonne. Lors de la remise de ces deux doctorats, Benoît XVI en a profité pour proposer une réflexion sur la musique sacrée. Pour le pape émérite, ce type de musique « trouve son origine dans l’amour, la tristesse et la rencontre avec Dieu ».

La plus grande musique est née dans la foi chrétienne

Ajoutant que c’est dans le cadre de la foi chrétienne qu’est née la plus grande musique, évoquant ainsi Palestrina, Bach, Haendel, Mozart, Beethoven, Bruckner. « La musique sacrée occidentale, est pour moi la démonstration de la vérité du christianisme. Il n’est pas nécessaire de l’exécuter toujours et partout, mais il serait dommage de la faire disparaitre totalement de la liturgie. Sa présence permet une participation spéciale à la célébration et au mystère de la foi » a-t-il conclu.

L’occasion également pour Benoît XVI de rappeler son admiration pour Jean-Paul II. « Sans lui, mon chemin spirituel et théologique n’aurait pas été imaginable » a-t-il confié, rendant un vibrant hommage au Saint polonais. Une admiration ressentie par l’archevêque de Cracovie, également grand chancelier de l’université pontificale, le cardinal Stanislaw Dziwisw, qui a déclaré que le fait que Benoît XVI avait accepté de recevoir ces deux distinctions démontrait « le signe de l’estime » que le pape émérite « a toujours nourri pour Jean-Paul II ».

Retrouver la webradio musique sacrée de Radio Notre Dame ici