le direct Musique sacrée

"Les changements climatiques et leurs effets sur la faim sont déjà concrets"

bg1

Mardi s’est tenue à Paris une conférence internationale des sociétés civiles sur les accords liés au climat, autour du thème : « la faim, l’autre visage du changement climatique« . Plusieurs associations sont à l’origine de cette réunion : Acting for life, Action contre la faim, Care, CCFD-Terre solidaire, Réseau climat développement, Unicef et Secours Catholique. Objectif : montrer le lien entre la faim et le réchauffement climatique.

L’année 2015 doit être une année décisive en matière de climat. En décembre prochain, à Paris, se tiendra la COP21, la conférence sur le climat qui doit faire émerger un accord pour limiter le réchauffement climatique. Beaucoup d’experts et de scientifiques ont démontré les conséquences qu’auraient le réchauffement climatique sur notre planète : hausse des températures, montée des eaux, salinisation, sécheresse… Et si ce processus se poursuit, l’alimentation mondiale sera directement touchée et augmentera la faim dans le monde.

Jean Vettraino, chargé de plaidoyer au Secours Catholique-Caritas France et participant de cette conférence, nous explique l’impact du réchauffement climatique sur la faim dans le monde :

Alors si les pays du Nord, les pays riches, ne ressentent encore les conséquences du réchauffement climatique, dans la plupart des pays du Sud, elles sont déjà bien visibles :

Les pays du Sud, parlons-en d’ailleurs. Ce sont aujourd’hui les plus nombreux, notamment en termes de démographie, mais aussi les plus touchés par les changements climatiques, et bien ce sont les pays les moins bien représentés dans ces négociations internationales sur le climat. Pour Jean Vettraino, c’est déjà un des échecs de la futur COP21 :

A l’issue de cette conférence, le Secours Catholique et 25 ONG présentes ont signé un appel, adressé à la communauté internationale « Nourrir les négociations sur le climat« . Elles appellent la communauté internationale à se saisir de la question de la faim dans le monde et à l’inclure dans les négociations sur le climat. Les demandes sont simples : reconnaitre que les changements climatiques affectent le plus sévèrement les plus pauvres faire de la lutte pour la sécurité alimentaire un objectif des négociations, mettre en oeuvre des plans d’action ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais surtout garantir une cohérence entre l’action climatique et les objectifs de développement. Car il ne faudrait pas que le réchauffement climatique justifie de « fausses solutions » :

Cette conférence de la société civile sera la seule avant le cycle de négociations qui s’ouvre à Bonn la semaine prochaine, et qui doit déboucher, en décembre prochain, sur un accord climat ambitieux. Les négociateurs internationaux ont 6 mois pour s’entendre.