le direct Musique sacrée

Le Christ et le cosmos, de la création à la rédemption

Le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, était au Collège des Bernardins mardi. Il est intervenu, pendant près d’une heure, sur le thème du « Christ et l’univers ». Rencontre. 

Quand on lui demande si le chrétien d’aujourd’hui est encore le  jardinier de la terre, le cardinal réplique tout de suite que le chrétien d’aujourd’hui a surtout les mêmes problèmes que la majorité d’autres personnse, « on est dans une situation de manque d’intérêt et de risque d’exploitation de la création« . Aujourd’hui il n’est plus seulement question de relations avec les autres, il est question aussi de relations avec le cosmos, « il est temps de réfléchir sur le fait que nous sommes composés d’une unité d’âme et de corps et que le corps nous relit d’une façon absolument nécessaire au cosmos ». Il s’agit de l’essence même de la question sur le climat et c’est ce que défend le pape François dans son encyclique « Laudato Si ». Il faut insérer le problème écologique « à l’intérieur d’une vision unitaire et complète bien qu’articulée, de toute l’expérience humaine et l’Encyclique place la question à l’intérieur de la conception chrétienne de la création et de la rédemption », poursuit le cardinal.

AFP
Le pape François et le Cardinal Angelo Scola

Comment résoudre  le problème écologique sans résoudre l’écologie sociale ? C’est un des enjeux de notre société, dans son Encyclique le pape précise « qu’il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale mais une seule et complexe crise socio-environnementale » (n°139). C’est d’ailleurs là-dessus que la COP21 devra travailler. Pour le cardinal Scola, « il faut que les états s’engagent de façon formelle et qu’ils respectent leurs décisions (…) il va falloir aussi changer notre façon de vivre et que, surtout, tout le monde s’engage ». L’archevêque souligne également que le pape a abordé la question du désordre économique qui entraîne une croissance des injustices. « Nous devons redécouvrir le sens authentique de la vie, qu’il y ait au moins une recherche de sens pour que nous les chrétiens comprenions quelles sont les modalités avec lesquelles Jésus a traité la nature, un paradigme réel« .

Il faut voir cela dans une vision christique afin que le Christ devienne ce principe unifiant tous les aspects de la réalité qui nous permettent aujourd’hui d’affronter les questions même du climat et cela d’une façon équilibrée. Monseigneur Holtam est le prochain invité des Bernardins sur le thème de la nature et l’homme à l’image de Dieu.

>> Nos articles sur la COP21