le direct Musique sacrée

Climat : les responsables religieux rencontrent François Hollande

crcf

L’encyclique Laudato si provoque ses premiers effets, et bien au-delà de la seule sphère catholique. Dans les pas du pape François, et à quelques mois de la conférence Cop 21, les responsables religieux de France ont rencontré François Hollande mercredi 1er juillet, au sujet du climat.

Il fait beau. Il fait chaud. Et pourtant les principaux responsables religieux de France ont choisi de jeûner mercredi 1er juillet, symboliquement, pour le climat. Ces derniers ont rencontré François Hollande, pour lui remettre une déclaration commune appelant à « un sursaut des consciences » contre la crise climatique, cinq mois tout juste avant la conférence sur le climat, organisée à Paris en décembre prochain (Cop 21).

« Une démarche originale pour la France »

A six voix alternées, sur le perron de l’Elysée, Mgr Georges Pontier, Dalil Boubakeur, le pasteur François Clavairoly, le grand rabbin Haïm Korsia, le métropolite orthodoxe Emmanuel Adamakis et le moine bouddhiste Olivier Wang-Genh, ont lu leur manifeste devant le président Hollande. Ils ont ensuite été reçus dans les salons de la présidence, en compagnie de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, et Nicolas Hulot, envoyé spécial du chef de l’Etat pour la Cop 21.

« Le président de la République a été très intéressé par cette démarche qui, il faut bien le reconnaître, pour ce qui est de notre pays, est assez originale. Les différentes confessions n’avaient pas encore eu l’occasion de travailler ensemble sur un sujet particulier comme celui-ci », a dit François Clavairoly, qui assure la présidence tournante de la Conférence des Responsables des Cultes en France.

Les responsables des cultes appellent les fidèles à s’engager personnellement

Ces derniers espèrent l’adoption d’un « accord contraignant applicable à tous », qui « engage à sortir à temps de l’ère des énergies fossiles et vise un ensemble d’objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui garde le réchauffement moyen global bien en deçà de +2°C ». Ils demandent également aux Etats de « protéger les populations les plus vulnérables aux impacts des changements » écologiques, ce qu’a aussi rappelé le pape François dans son encyclique Laudato Si.

Les responsables religieux ont enfin appelés les fidèles eux-mêmes à s’engager personnellement, dans leur vie de tous les jours, pour le climat. « A chacun de nous de répercuter cette déclaration dans les communautés qui sont les nôtres, de sorte que la société française soit consciente que l’enjeu est universel », a souligné François Clavairoly, pour qui « se taire serait irresponsable ».