le direct Musique sacrée

Le pape à l'Académie pour la vie : "la santé ne détermine pas la valeur d'une personne"

L’assemblée plénière de l’Académie pontificale pour la vie s’est ouverte mercredi 19 février. L’occasion pour le pontife de rappeler combien l’Eglise est très attentive aux malades et aux personnes âgées.

pape académie vie

Une fois encore, le Saint-Père a dénoncé la « tyrannie de la logique économique » de nos sociétés actuelles, une logique « qui exclut », a-t-il déclaré, et qui « parfois tue », nos « anciens » étant bien souvent les premières « victimes ». Dans la ligne de mire du pape François une fois encore, la « culture du déchet ». Et de rappeler que les relations entre les hommes sont faites de dépendance réciproque. Tout doit donc être fait pour répondre au besoin de chacun.

« Combien vaut un homme et sur quoi se base cette valeur »

Cherchant à comprendre les raisons de l’exclusion croissante, voire l’abandon des personnes âgées en « privation d’amour », le Saint-Père affirme qu’il s’agit-là d’une « question anthropologique : combien vaut un homme et sur quoi se base cette valeur ». « La santé est certainement une valeur importante mais ne détermine pas la valeur d’une personne », répond-il, et c’est à la famille, « maîtresse d’accueil et de solidarité » de jouer un rôle de rempart contre cette menace d’abandon et d’exclusion : « La famille apprend à ne pas tomber dans l’individualisme et permet un équilibre entre le moi et le nous ». Et le Saint-Père de faire un parallèle entre les jeunes et les personnes âgées, les uns et les autres « espérance des peuples » : « chaque fois que nous essayons de lire les signes des temps dans la réalité actuelle, il est opportun de les écouter… Les personnes âgées apportent la mémoire et la sagesse de l’expérience, qui invite à ne pas répéter bêtement les erreurs du passé ». Pour conclure son intervention, le pape François a évoqué « l’Evangile de la vie » : « Une société est vraiment accueillante envers la vie quant elle reconnaît que cette dernière est précieuse même dans la vieillesse, dans le handicap, dans la maladie grave et même quand elle d’éteint ». Et le pape François de conclure : « Une société est accueillante quand elle apprend à voir dans la personne malade et souffrante un don pour l’entière communauté, une présence qui incite à la solidarité et à la responsabilité ».

Source: News.Va et Aleteia

>> A lire : L’Exhortation apostolique « Evangelii Gaudium » du pape François

>> L’Académie pontificale pour la Vie célèbre ses vingt ans