le direct Musique sacrée

La "banque du Vatican" vers sa seconde phase de réformes

L’IOR (Institut pour les Œuvres de Religion) achève la revue complète de ses comptes et la phase I des réformes engagées sous Benoît XVI. Il est désormais plus transparent et conforme à la réglementation internationale.

L'IOR vu de l'extérieur

Ce mardi 8 juillet 2014, l’IOR a publié le bilan de ses activités pour l’année 2013. Forte baisse pour le bénéfice net puisqu’il passe de 86,6 millions d’euros en 2012 à 2,9 millions en 2013. Une baisse qui s’explique en grande partie par les mesures prises ces derniers mois dans le cadre de la réforme de la « banque du Vatican ». Ainsi, ce ne sont pas moins de 3000 comptes qui ont été fermés, 2600 d’entre eux n’étant plus utilisés depuis longtemps et les 400 autres ne répondant pas aux catégories admises par l’établissement. 359 comptes d’un montant de 183 millions d’euros doivent également être fermés. L’IOR a bloqué 1329 comptes individuels et 762 comptes institutionnels.

Restriction des détenteurs de comptes

La règle est désormais claire : seuls les institutions catholiques, les membres du clergé, les employés et anciens employés du Vatican, les ambassadeurs et diplomates du Saint-Siège pour bénéficier d’un compte à l’IOR. Fin 2013, sur les 17 000 comptes encore ouverts, 80 % appartenaient à des institutions catholiques, le reste était possédé par des particuliers. En 2013, l’IOR a fait don au pape de 50 millions d’euros pour soutenir son ministère et les œuvres de charité.

Il est donc temps de passer à la phase II des réformes engagées : il s’agit de permettre la continuité du service, alors que les structures économiques et administratives vont elles-mêmes êtes transformées. Une nouvelle équipe dirigeante devrait ainsi mettre en place une nouvelle structure de gouvernance.

Source : News.Va, Radio Vatican

>> A lire : Un Français pressenti à la tête de la « banque du Vatican »