le direct Musique sacrée

Mgr Williamson condamné pénalement pour ses propos négationnistes

williamson

Nuremberg. Mgr Williamson, évêque de la Fraternité saint Pie X vient d’être définitivement condamné pour les propos négationnistes qu’il a tenus en 2009 dans une interview à la télévision.

Lors d’une interview de la chaîne suédoise SVT1 en 2008, l’évêque intégriste avait ouvertement exprimé des doutes quant au fait que 6 millions de juifs furent assassinés lors de la Shoah, arguant que le chiffre était en réalité nettement inférieur. Au cours de cette interview, le prélat avait également nié l’existence des chambres à gaz. Mgr Williamson avait déclaré que « 200.000 à 300.000 juifs étaient morts en camps de concentration nazi, mais aucun par gaz ». Des propos diffusés en Allemagne par Internet, et qui ont aussitôt provoqué un tollé général parmi les internautes. En Allemagne la négation de l’Holocauste est considérée comme une offense criminelle, l’évêque anglais a donc été accusé et condamné sur le fondement d’incitation à la haine.

Le Tribunal de Ratisbonne – qui avait été saisi de l’affaire en première instance – a déclaré que les déclarations du prélat avaient été planifiées méticuleusement. L’accusé a rétorqué en faisant appel de cette décision en 2013, mais la sentence a été confirmée en appel.

Durant les procès, le prélat a admis avoir nié l’Holocauste, des propos pour lesquels il a exprimé son « mea culpa » au pape, à Dieu, aux rescapés et aux familles des victimes, avançant qu’il n’avait pas voulu les faire souffrir. C’était en février 2009. Quelques jours plus tard, la présidente d’Argentine Cristina Krichner, ordonnait cependant à Mgr Williamson de quitter le pays, en raison de ses paroles « offensant profondément la société argentine, le peuple juif et l’humanité ».

La condamnation pénale de Mgr Williamson est désormais effective puisque l’accusé a épuisé toutes les voies de recours en Allemagne. La Cour de justice de Nuremberg l’a condamné définitivement au versement de la somme de 1.800 euros pour propos négationnistes. Et pour cause, aucun vice de procédure n’a été décelé en défaveur du prévenu.

Mgr Richard Williamson avait été consacré évêque en 1988 par Marcel Lefebvre, sans autorisation de Rome, ce qui lui valut d’être aussitôt excommunié. Vingt ans plus tard, dans une volonté de réconciliation, Benoît XVI avait tendu une main aux évêques intégristes de la Fraternité saint Pie X et levé l’excommunication de l’évêque et de trois de ses confrères. Le pape avait néanmoins précisé que « la levée de l’excommunication pour les évêques de la Fraternité ne signifiait pas de soi le retour à la pleine communion du mouvement intégriste, et qu’elle ne pouvait se faire que dans le respect de l’enseignement du Concile Vatican II ». Cette décision avait été prise alors même que le pontife ignorait tout des propos scandaleux de l’évêque, précisait à l’époque Mgr Jacques Perrier.

Sources : Aleteia, Itongadol.com