le direct Musique sacrée

L’Eglise polonaise part en guerre contre le gender

6077844662_930431bd10_z

Alors que le clergé français ne s’est pas trop épanché sur la question à l’image de nombres de fidèles qui ont vu dans la théologie du genre un juste prolongement de la lutte contre le mariage homosexuel, l’Eglise catholique polonaise appelle à la lutte contre le gender. Une réaction qui bénéficie aujourd’hui d’un certain écho dans la classe politique polonaise.

Un danger mortel pour l’humanité, la famille et l’identité sexuelle des enfants. L’Eglise catholique polonaise n’est pas en manque de qualificatifs pour dénoncer l’idéologie du gender, qui commence, à l’instar de la France, à poindre en Pologne, un pays dont la population se dit à 80 % catholique, mais qui compte néanmoins de moins en moins de pratiquants. D’où cet appel des évêques polonais, pour réveiller aujourd’hui les consciences de leurs ouailles.

 

Le gender, une « dépravation pour les jeunes »

Inspirés par les déclarations du pape émérite Benoît XVI qui qualifiait le gender d' »anthropologie sur fond athée », les évêques polonais mènent désormais un combat contre le concept d’égalité hommes-femmes mis à la sauce du déterminisme culturel. « L’idéologie du genre est introduite depuis plusieurs mois, sans l’accord des Polonais, dans différentes structures de la société : éducation, services de santé, établissements culturels et organisations non-gouvernementales » ont notamment dénoncé les prélats polonais, dans une lettre aux fidèles, lue dans les différentes paroisses du pays. Dans certaines églises, on parle même du gender comme une dépravation pour les jeunes.

Les évêques invoquent plusieurs causes à l’apparition de la théorie du genre « contraire à la conception traditionnelle de l’homme »‘ : le marxisme, les mouvements féministes, la révolution sexuelle. Selon eux, le gender prône le choix pour un individu de « définir librement s’il est un homme ou une femme, et de choisir son orientation sexuelle. »

 

L' »offensive préventive » de l’Eglise polonaise contre la théorie du genre

Pour  certains observateurs cependant, le message de l’Eglise polonaise est une « offensive préventive ». Pour Edmund Wnuk-Lipinsky, un sociologue interrogé par l’AFP, « l’Eglise craint les changements de la société et s’oppose surtout à l’introduction du mariage pour tous, comme cela s’est passé dans d’autres pays, comme la France ou certains Etats américains ».

En revanche, pour la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité des sexes, Agnieszka Rajewicz-Kozlowska, l’Eglise se lance dans un combat contre un « ennemi inventé » par elle-même. Pour elle, il n’y a aucun problème avec le gender qui est un concept scientifique et universitaire, et non une idéologie. « Dans la plupart des documents officiels le terme gender est lié au concept d’égalité entre les femmes et les hommes » rappelle-t-elle.

L’Eglise apporte cependant des preuves à ses propos. « Cette idéologie explique que le sexe n’est pas déterminé par la biologie mais par la culture. Dans certaines publications gender, le sexe biologique disparaît complètement. C’est inacceptable » déclare à ce sujet Mgr Tadeusz Pieronek, ancien porte-parole de l’épiscopat polonais. Les déclarations religieuses rencontrent un certain succès sur le plan politique, à droite notamment. Un petit parti de l’opposition a même créé au Parlement un comité anti-gender.

Suite aux déclarations politiques et religieuses, de nombreux parents d’élèves ont réclamé l’interdiction des cours portant sur l’égalité des sexes. Un exemple pour la France ?