le direct Musique sacrée

GPA, PMA, ABCD : la Manif pour tous reviendra dans la rue en octobre

8842582142_42dc3e4e0c_z

A peine les vacances terminées, les milliers de manifestants opposés à la loi Taubira, battront à nouveau le pavé. Focus sur les sujets qui tracassent la Manif pour tous.

La Manif pour tous prépare déjà la rentrée. L’annonce d’une nouvelle mobilisation courant octobre a été faite par communiqué le 24 juin.

Sur les réseaux sociaux, la rumeur se propageait. A plusieurs reprises, au cours des soirées de décryptage des ABCD de l’égalité, à Tours, Bordeaux puis Montpellier les organisateurs avaient lancé l’invitation à « réserver la date du 5 octobre pour une probable manifestation à Paris ». Quelques jours plus tard, le communiqué de presse du collectif vient d’officialiser la nouvelle d’une rentrée sous les couleurs bleu-blanc-rose de la Manif pour tous.

Si l’année 2013 a été riche en manifestations de toutes envergures, tant nationales que régionales, le calendrier 2014 de la Manif pour tous a davantage été ponctué par des tours de France de décryptage, de réflexion, mais également de proposition avec les conclusions du Grenelle de la Famille en mars dernier. Les organisateurs avaient été reçus par la secrétaire d’État à la famille Laurence Rossignol, laissant supposer un dialogue plus aisé pour les mois à venir. Le vent tourne pourtant, avec les nouvelles menaces envoyées par l’actualité et les réactions de la sphère politique et judiciaire. Autant de signaux d’alerte qui n’ont pas échappé à la Manif pour tous, qui depuis des mois, mobilise sur tous ces sujets.

Manifestation en octobre : les invitations sont lancées

« Nous invitons d’ores et déjà nos sympathisants à réserver le week-end des 4 et 5 octobre 2014 dans leur agenda ». Les raisons de se mobiliser invoquées par les organisateurs sont diverses : ABCD de l’égalité et enseignement du genre à l’école, tolérance à l’égard de la PMA pour les couples de femmes, légalisation de la GPA ou encore passage en force de la loi Famille APIE. La Manif pour tous se dit très attentive, le porte-parole du mouvement Jérôme Brunet cite les multiples exemples qui ne cessent d’alimenter son inquiétude : « Des livres comme « Histoire du petit garçon qui était une petite fille », « Dis… mamans », « J’ai deux papas qui s’aiment », « Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi », par exemple, n’ont rien à faire en classes primaires ». Derrière tous ces sujets, un intérêt sous-jacent : celui de l’enfant. « Nous attendons toujours du gouvernement qu’il mette en œuvre un véritable travail de concertation sur la question de l’intérêt supérieur de l’enfant », poursuit Jérôme Brunet.

Dans le communiqué de presse, l’emploi du conditionnel offre une marge de manœuvre aux autorités et sous-entend que des décisions du gouvernement dépendront la tenue et la teneur de cette mobilisation. « La balle est clairement dans leur camp », annonce d’ailleurs ce communiqué. Pour tous les sympathisants néanmoins, le mot d’ordre est donné et le week-end du 4-5 octobre réservé :

 

 

« Toutes nos équipes sont mobilisées et opérationnelles » affirme Albéric Dumont, coordinateur général de la Manif pour tous.

Dans 20 Minutes, Arnaud Mercier, professeur de communication politique décrypte l’impact de la Manif pour tous sur le gouvernement : « Il y a évidemment un traumatisme lié à la Manif pour tous, lors du débat sur le mariage pour tous. Alors qu’il est impopulaire et qu’il a subi deux revers électoraux, le gouvernement n’a aucune envie de revoir la contestation, le ressentiment et les mouvements dans la rue qui se sont alors exprimés. »

>> Lire également : La France condamnée par la Cour européenne : la GPA gagne du terrain ?