le direct Musique sacrée

Embryon : « One of Us » reçu par les députés européens

Capture d’écran 2014-04-10 à 12.22.22

Un véritable succès pour l’initiative « One of Us« . La pétition lancée par ce mouvement européen, prônant la défense de l’embryon, a rassemblé 1,7 million de signataires, à travers dix huit pays européens. Un poids que la Commission européenne ne peut mettre de côté.

Une formidable mobilisation pour certains, un appel qui restera lettre morte pour d’autres.

Les promoteurs de « One of Us » auditionnés par les députés européens

Reste que le Parlement européen va se pencher ce jeudi 10 avril sur cette Initiative citoyenne européenne (ICE), un droit de pétition lancé par l’Union européenne en 2012. C’est la deuxième de ce type à aboutir. Les promoteurs de « One of Us » seront en effet reçus et auditionnés aujourd’hui par les députés européens, pour demander que la Commission arrête de « financer la recherche impliquant la destruction d’embryons humains ». Concrètement, l’ICE demande de ne plus attribuer de financement européen à certaines organisations non-gouvernementales, qui font notamment la promotion de l’avortement dans les pays en développement.

L’UE a accordé 50 millions d’euros à la recherche sur l’embryon entre 2007 et 2013

Les défenseurs de l’embryon, malgré la réussite de leur pétition, savent toutefois que le combat qu’il mène est difficile. Ne serait-ce que d’un point de vue économique. Le lobby de recherche sur l’embryon est puissant, et bénéficie d’importants crédits venant de l’Union européenne. Cette dernière a accordé entre 2007 et 2013 environ 50 millions d’euros aux programmes de recherche, et les promoteurs de ces travaux comptent bien voir ce budget renouvelé pour la période 2014-2020.

En réaction à la pétition, plusieurs ONG se sont alarmés mercredi, à travers un communiqué, de la campagne « One of Us », « soutenue par des groupes ultra-conservateurs et anti-avortement ». Ajoutant qu’il « s’agit d’une initiative dangereuse et rétrograde qui vise à supprimer le soutien essentiel de l’UE à la santé maternelle et infantile, et au planning familial dans des pays parmi les plus pauvres du monde ».

La Commission européenne va devoir rendre son avis sur la pétition de « One of Us »

Après l’examen de cette pétition, la Commission européenne devra se prononcer, soit sur une proposition législative allant dans le sens de « One of Us », soit elle justifiera son refus de ne pas y donner suite. Cependant un avis positif semble peu probable, car cela irait « à l’encontre des engagements » pris par l’Union européenne dans le respect des recommandations de l’ONU, selon les mots d’une source européenne. Même si tel était le cas, on retiendra la formidable réussite de la mobilisation de « One of Us », qui démontre que de nombreux européens s’opposent toujours à la recherche sur l’embryon.

Lire également :

Recherche sur l’embryon : une  victoire pour « Un de nous » au Parlement européen