21.05.14 Catégorie(s) : Santé

Santé : le Vatican redoute les effets du changement climatique

Présent à Genève pour la 67ème édition de l’assemblée mondiale de la Santé, le Saint-Siège ne prend pas à la légère les évolutions climatiques. Comme chaque année à la même période, l’assemblée mondiale de la Santé s’est ouverte à Genève lundi 19 mai afin de décider de la politique de l’OMS. Mgr Zygmunt Zimowski y…

172039840_zoom945

Présent à Genève pour la 67ème édition de l’assemblée mondiale de la Santé, le Saint-Siège ne prend pas à la légère les évolutions climatiques.

Comme chaque année à la même période, l’assemblée mondiale de la Santé s’est ouverte à Genève lundi 19 mai afin de décider de la politique de l’OMS. Mgr Zygmunt Zimowski y siège jusqu’au 24 mai en qualité de chef de la Délégation du Saint-Siège. Le président du Conseil pontifical pour les œuvres sanitaires a prononcé un discours, souhaitant « que ces travaux réaffirment la centralité de la personne humaine dans tous les efforts de promotion de la Santé ».

L’allaitement mesure contre la malnutrition

Parmi les sujets abordés lors de cette assemblée internationale, celui de l’allaitement. La décision de placer l’allaitement comme objectif global pour le bien-être des enfants a été saluée par le président du Conseil pontifical pour les œuvres sanitaires. Selon le Saint-Siège, « l’allaitement est une protection importante contre la malnutrition infantile et doit être encouragé et protégé ». A ce sujet, Mgr Zimowski a repris l’encouragement du pape François qui invitait en janvier dernier à ne pas hésiter à nourrir les bébés au sein quand ils ont faim, des propos que le pape avait adressés lors de baptêmes célébrés dans la Chapelle Sixtine.

Les effets néfastes du changement climatique inquiètent le Saint-Siège

Les délégations des États membres se sont également intéressées de près au changement climatique et à son incidence sur la santé. A l’instar des trois derniers papes – qu’il a cité – Mgr Zimowski a affirmé que le Saint-Siège est « conscient des conséquences dévastatrices du changement climatique » qui vont « aggraver les problèmes de santé déjà existants ». La délégation menée par Mgr Zimowski a évoqué Benoît XVI, qui invitait à ne pas rester indifférents face à cette crise écologique et ses conséquences comme « la désertification, la perte de productivité de grandes terres agricoles, la pollution des fleuves, l’augmentation des phénomènes climatiques extrêmes et le phénomène croissant des réfugiés climatiques« . Durant son pontificat, Benoît XVI avait encouragé « une plus grande solidarité pour prévenir ou au moins freiner l’impact du changement climatique sur les plus faibles« , qui suppose de cultiver les « valeurs inscrites dans le cœur de chacun : la compassion et l’humanité envers autrui, couplé au devoir de solidarité et à la réalisation de la justice ».
Cette vision qui s’inscrivait dans la lignée de son prédécesseur, Jean-Paul II déclarait en 1997 que « la défense de la vie, spécialement au sein des populations les plus pauvres et en voie de développement, allait devenir le critère de fond de l’horizon écologique à l’échelle régionale et mondiale ». Autant de valeurs chrétiennes que les fidèles doivent aujourd’hui s’approprier par égard pour la Création.

Le pape François s’est lui aussi exprimé à plusieurs reprises sur le soin à apporter à la planète « la nature est à notre disposition, trop souvent on ne la respecte pas et nous ne la considérons pas comme un don gratuit qu’il faut protéger et mettre au service de nos frères, y compris pour les générations futures« . Ce matin, il est revenu sur la relation de chaque individu avec la nature qui l’entoure. Au cours de sa catéchèse hebdomadaire il a déclaré : « C’est le comportement que nous devons avoir à l’égard de la création : en prendre soin parce que si nous détruisons la création, la création nous détruira ! »

Source : Zenit

Partagez sur les réseaux sociaux :