le direct Musique sacrée

Vote de confiance : le gouvernement peut-il encore gouverner ?

10437150994_312bd9e8ec_z

269 voix pour, 244 voix contre : le gouvernement de Manuel Valls a obtenu une confiance toute relative de l’Assemblée Nationale. Une situation inédite, mais pas vraiment de suspense quant à l’issue de ce vote.

A l’occasion du vote de confiance à l’Assemblée Nationale, situation inédite avec deux votes de confiance en 4 mois alors que le Premier Ministre n’était pas obligé de repasser par cette étape, Alexandre Meyer recevait mardi 16 septembre des journalistes et éditorialistes chrétiens pour réagir à cette actualité. Christine Pedotti, membre du comité de rédaction de Témoignage Chrétien, Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire La Vie, et Aymeric Pourbaix, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Famille Chrétienne étaient présents pour répondre à cette question: le gouvernement peut-il encore gouverner ?

L’enjeu est plutôt de savoir si cette confiance peut permettre de restaurer celle des Français dans leur gouvernement. Mais les députés, en votant la confiance au gouvernement, refusent de retourner face aux Français, c’est donc une petite confiance qu’obtient Manuel Valls.

Pour Christine Pedotti, l’absence d’une parole claire et engagée du chef de l’Etat nuit à la confiance, des députés, mais aussi des Français. Le Président doit désormais être clair et vrai dans ses actes. Mais selon Aymeric Pourbaix, aujourd’hui, les réalités sont tellement difficiles, qu’on ne peut pas se contenter de paroles. Il faut selon lui engager des réformes et tenir un discours de vérité. Cependant, Jean-Pierre Denis ne pense pas que le gouvernement, dans la situation où il est, puisse engager des réformes. Il est dans le piège de parler sans pouvoir agir.

Mais la situation actuelle révèle surtout un problème au niveau des institutions politiques. La Constitution actuelle permet au gouvernement de gouverner sans majorité, mais le bloque dans ses décisions:

Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a abordé une succession de sujets: situation au Moyen-Orient, question des djihadistes français, immigration, petites retraites, propositions du MEDEF…

Tous les sujets ont été abordés, mais nos intervenants soulignent un point important: les propos de Manuel Valls paraissent volontaristes mais la politique annoncée n’est toujours pas claire. Et c’est bien le problème de François Hollande:

Enfin, alors qu’une circulaire pour reconnaitre un état civil aux enfants nés par GPA à l’étranger refait surface, il n’y a à aucun moment été question de réformes éthiques ou sociétales dans le discours du Premier Ministre. Si ces sujets reviennent fréquemment sur le devant de la scène, comme s’en inquiète Aymeric Pourbaix, selon Jean-Pierre Denis et Christine Pedotti, il ne devrait pas se passer grand chose d’ici 2017:

Le gouvernement Valls 2 ne devrait pas changer la situation politique actuelle. Et si le Premier ministre a obtenu une faible majorité, il devrait rapidement se retrouver bloqué lors du vote du budget dans les prochains mois.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’émission sur la page Le Débat du Soir.