le direct Musique sacrée

Jean-Frédéric Poisson : "Nous ne devons pas effacer les crèches de nos espaces publics"

poisson

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate et député UMP des Yvelines, réagit à l’interdiction d’installer une crèche dans un bâtiment public.

Pourquoi soutenez-vous le maire de Béziers et le président du conseil général de Vendée dans leur intention d’exposer des crèches de Noël ?

Parce que cette mise à l’index dont ils ont été victimes de la part de leurs préfets est intolérable et constitue un non-sens absolu ! Nous ne devons pas accepter d’effacer les crèches de nos espaces publics, mais au contraire dénoncer ce « laïcardisme » dont le principal responsable et complice est le gouvernement.

Selon vous, l’exposition d’une crèche de Noël dans un lieu public ne va pas à l’encontre du principe de laïcité ?

La laïcité est la séparation des pouvoirs spirituels et temporaires, mais pas la négation de la religion et le rejet de ses manifestations. De plus, Noël n’est pas seulement un événement cultuel ; Noël est un événement culturel. La naissance de Jésus Christ, événement fondateur de notre histoire et de notre civilisation, est un fait attesté par les historiens. Ce n’est pas une question de foi !

Pensez-vous qu’il y ait un problème de définition de la laïcité à l’heure actuelle en France ?

Oui, très clairement. La laïcité est souvent associée à l’absence totale de manifestation ou de signes religieux dans l’espace public, ce qui ne correspond absolument pas à son sens premier.

Il y a aussi un autre problème : c’est que cette fausse définition de la laïcité est surtout utilisée vis-à-vis de la religion chrétienne. L’Etat, à travers ses représentants, élimine volontiers les crèches des espaces publics, mais ne montre pas un tel zèle à faire appliquer sa définition de la laïcité face à d’autres religions. La célébration de la fête du ramadan à l’Hôtel de Ville ne semble par exemple pas poser de problème de laïcité ! Les profanations des lieux de culte chrétiens sont rarement l’objet de déclarations de la part de nos dirigeants, quand la moindre atteinte à une sépulture juive ou musulmane suscite une condamnation ferme !

Les services publics se doivent d’être neutres. Si ils exposent des signes religieux pour les fêtes catholiques, doivent-ils faire pareil pour les fêtes religieuses d’autres religions ?

Je ne le pense pas. Je ne suis pas opposé à ce que certains signes religieux appartenant à d’autres religions soient exposés dans les lieux publics, malgré tout, je tiens à rappeler la spécificité de la religion chrétienne : elle a façonné la France et le continent européen d’une manière unique. Elle est fondatrice de notre civilisation. Ce n’est pas le cas de la religion juive ou de l’Islam, par exemple. Il est donc normal qu’elle bénéficie d’une place privilégiée.

Ainsi, de nombreuses grandes oeuvres d’art de nos musées nationaux, de nombreuses grandes figures historiques  de nombreux grands chef d’oeuvre de la littérature française, et l’histoire de notre pays elle-même nous resteraient totalement opaques, inaccessibles, sans connaissance du christianisme et de l’histoire de Jésus-Christ. Qui peut comprendre Blaise Pascal, Louis IX ou l’Angelus de Millet sans un minimum de culture chrétienne ?

Le député Jean-Frédéric Poisson a lancé une pétition « oui à la présence des crèches dans les lieux publics ».

Ne pensez-vous pas que les crèches de Noël soit un sujet de récupération par le Front National ? C’est le parti qui s’est le plus mobilisé sur ce sujet ces derniers jours…

Ce qui est certain, c’est que devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, l’été 2013, le député du Gard et secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, Gilbert Collard, s’était prononcé pour l’interdiction de tout signe religieux dans l’espace public : « Il faut interdire toute forme de manifestation religieuse […] peu importe la religion (…) Il faut pacifier ce pays, et le seul moyen, c’est qu’on dise aux cornettes de ne plus apparaître, au voile de ne plus se montrer, aux croix de ne plus s’exhiber, de façon que l’on puisse vivre dans un pays pacifié. » Qu’en est-il pour les crèches de Noël, alors ?

Il avait aussi défendu la « neutralité religieuse » dans les « lieux publics et les lieux privés », donc le refus de tout signe et de toute pratique de la religion en dehors des lieux de culte.

Le programme du FN en termes de laïcité stipule que « Les services publics administratifs dépendant de l’Etat ou des collectivités territoriales doivent être les garants des principes républicains et de la laïcité » et que « tout autre signe religieux ostentatoire devra être proscrit. » De là à entrer dans une contradiction avec le fait de défendre l’exposition des crèches de Noël dans les mairies ou les conseils généraux, il n’y a qu’un pas !

17 000 signataires de votre pétition en quelques jours, vous attendiez-vous à un tel engouement ?

Plus de 19 000 maintenant à l’heure où je vous réponds ! Oui, j’espérais cet engouement et je m’en réjouis. Et je pense que ce n’est pas terminé ! Cela prouve que les Français ont compris qu’il ne s’agissait pas avant tout d’une histoire de religion mais d’une histoire de bon sens et de respect de notre histoire, de notre culture, de nos traditions.

Pourquoi appelez-vous les Français à signer cette pétition ?

Pour montrer aux pouvoirs publics que nous sommes nombreux à vouloir sauvegarder leur patrimoine culturel chrétien, et à refuser que l’Etat et le gouvernement impose une idéologie laïciste, irrespectueuse de notre culture, de notre histoire, de notre mémoire et de la foi de ceux  pour qui Noël symbolise un événement fondateur dans leur vie personnelle également.

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate (PCD) et député UMP des Yvelines, a lancé ce week-end une pétition « Oui à la présence des crèches dans les lieux publics ! ». Cette pétition a recueilli plus de 17 000 signatures en moins de 2 jours.

Ecoutez le Grand Témoin du mardi 9 décembre avec Philippe de Villiers

Lire également : Quand les crèches heurtent la République laïque