le direct Musique sacrée

Voyage du pape au Sri Lanka : le site web officiel

Alors que les tensions se font déjà sentir à quatre mois de la venue de François dans l’île de l’Océan indien, le Vatican dévoile le programme de ce second périple asiatique. Le site internet officiel est déjà en ligne.

9h00 du matin, le 13 janvier 2015 : le pape François atterrira à l’aéroport international de Colombo, capitale du Sri Lanka. Il se rendra par la suite à l’archevêché de la ville, où il rencontrera le cardinal Malcolm Ranjith, ainsi que l’ensemble des évêques de l’Eglise du Sri Lanka. Dans l’après-midi, le Saint-Père aura ensuite  rendez-vous avec les politiques. Au palais présidentiel, reçu par Mahinda Rajapaksa, il pourra échanger avec les responsables des autres religions présentes dans le pays. Le lendemain, 14 janvier, le pape devrait célébrer une messe sur Galle Face Greens, l’immense esplanade située en front de mer au centre de Colombo. Il rejoindra alors le sanctuaire marial de Notre-Dame de Madhu, 300 km plus au nord, dans le diocèse de Mannar.

nd de mahdu

Un climat tendu

Les mouvements radicaux et ultranationalistes animés par des moines bouddhistes cinghalais ont d’ores et déjà fait savoir leur hostilité à la venue du pape François. A l’image de Galagoda Atte Gnanasara, le leader de Bodu Bala San (BBS, Force bouddhiste), une organisation de moines bouddhistes fondée en 2012 et connue pour ses prêches haineux à l’encontre des minorités religieuses du pays. Dans un communiqué, il a déclaré : « Le pape François devra présenter des excuses aux bouddhistes pour les atrocités commises par les gouvernements coloniaux chrétiens en Asie du Sud. J’attends de voir ce que le pape va dire au sujet des crimes qui ont été commis ici », faisant référence à la période 1505-1948, durant laquelle le Sri Lanka fut sous domination portugaise, hollandaise puis britannique. Autre point sensible : le sanctuaire marial de Madhu, situé en pays tamoul, et qui fut, autrefois, un abri pour les réfugiés qui fuyaient les combats. Ainsi, en 1999, 44 personnes avaient été tuées dans un bombardement. Par la suite, les armées rebelles et gouvernementales se sont renvoyées la responsabilité du massacre. L’Eglise catholique et d’autres responsables religieux, quant à eux, ont toujours réclamé que le sanctuaire soit déclaré « zone de paix ».

Réécouter Réécouter Orient Extrême : le pourquoi d’un tel voyage ?

 Un site web officiel

 Lundi 15 septembre, le site internet de ce voyage papal a été officiellement lancé : http://popefrancissrilanka.com/logo voyage pape Sri Lanka

Il se décline en trois langues, notamment l’anglais. On y découvre le logo. On y trouve toutes les informations concernant l’Eglise sri-lankaise. On peut également y lire le message de bienvenue du cardinal Ranjith, président de la Conférence épiscopale du pays :

« Furthermore, considering His Holiness’ preference for simplicity, and the widely known habit of breaking protocol to offer love, kindness, food and necessities to the poor, sick, afflicted and disabled brethren (who are in a way – fortunate to come in contact with His Holiness), this occasion aptly reminds us of how it would have been when Our Lord Jesus walked amongst us » – « Connaissant la préférence de sa Sainteté pour la simplicité, et son habitude de rompre le protocole pour offrir amour, tendresse, nourriture et aide aux pauvres, aux malades, à tous les plus faibles, cette visite nous permet d’imaginer ce que cela serait si notre Seigneur Jésus marchait parmi nous ».

Sources : News.Va et Eglises d’Asie

>> Le pape aux Philippines