le direct Musique sacrée

Prise de Qaraqosh par les jihadistes : 150.000 chrétiens en fuite

Dans la nuit du 6 au 7 août, la plus grande ville chrétienne d’Irak est tombée aux mains des jihadistes de l’EI. Le patriarche des Chaldéens, Mgr Louis Sako, se dit désarmé et parle de « peur » et de « panique ».

« Presque tout la plaine de Ninive est aux mains de l’État Islamique. Tout le monde a peur, c’est la panique ». Ce sont les mots du patriarche de Babylone des Chaldéens qu’a recueillis à l’aube Radio Vatican,  alors que les jihadistes se sont emparés de la ville de Qaraqosh. A minuit, les forces kurdes ont annoncé à l’évêque de la ville qu’elles ne pouvaient plus protéger la localité. 150.000 chrétiens sont sur les routes. « Les églises sont occupées, leurs croix ont été enlevées », selon Mgr Louis Sako. Autres villes aux mains des insurgés : Tal Kayf, Bartella et Karamlesh.

qaraqosh
Des chrétiens réfugiés à Qaraqosh avant sa chute aux mains des jihadistes / Sipa

150 000 chrétiens ont donc commencé à fuir Qaraqosh, près de Mossoul dans le nord. A leurs côtés, des centaines de milliers de musulmans ou de membres de minorités comme le Yazidis. Ils ont pris la direction du Kurdistan irakien. Pour l’instant, ils restent bloqués aux check-points, les Kurdes voulant éviter toute infiltration de jihadistes. Les réfugiés ont donc abandonné leurs voitures et poursuivent leur exil à pied. Selon l’association Fraternité en Irak, se trouvent parmi eux des personnes âgées, des malades et des femmes enceintes. « Il faut marcher trois ou quatre heures », renchérit le patriarche des Chaldéens, Mgr Sako. « Aujourd’hui, il y a un vide », ajoute-t-il, « le gouvernement n’a pas la force pour contrôler tout le pays et maintenant il y a les élections, le parlement est en réunion… Il n’a pas de véritable armée. Les Kurdes se sont retirés parce qu’ils n’ont que leurs mitraillettes. Les peshmergas, je n’ai pas d’idée de ce qu’ils font… Tout le monde a peur, c’est la panique ».


Agrandir le plan

Pour finir, Mgr Sako lance un appel aux autorités internationales : « Il faut mobiliser l’opinion publique de tous les États, parce que c’est une catastrophe humaine ». Mgr Jospeh Thomas, archevêque chaldéen de Kirkouk et Souleimaniyeh, a quant à lui appelé « le conseil de sécurité de l’ONU à intervenir immédiatement ». Le blogueur chrétien Koz a lui décidé d’adresser une lettre ouverte au Président François Hollande : « Au nom de l’Humanité, que fait la France, Monsieur le Président ?! ». La Conférence des évêque, par la voix de son président Mgr Pontier, demande à la communauté internationale de protéger toutes les minorités de la planète si elle veut être digne d’elle-même. Pour finir, Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Oeuvre d’Orient en a directement appelé aux autorités françaises : « La stabilité de cette région déjà si meurtrie est de nouveau gravement menacée », a-t-il déclaré dans un communiqué, « Des populations entières sont jetées sur les routes, devant fuir des actes de barbarie. Des dizaines de milliers de personnes sont dans l’angoisse et le dénuement. Les menaces s’exercent contre les chrétiens, mais aussi contre les autres minorités kurdes, yezidis, turkmènes, ainsi que contre les musulmans chiites et même des musulmans sunnites. »

Source : Radio Vatican, L’Express

>> Arrivée en France des premiers chrétiens d’Irak bénéficiant d’un visa d’asile

>> Le chemin de croix des chrétiens d’Irak : l’appel de Mgr Sako