le direct Musique sacrée

Albanie : "le climat de respect et de confiance réciproque, un bien précieux"

Quelque 250.000 personnes ont assisté à la messe célébrée, ce dimanche 21 septembre, place Mère-Teresa à Tirana. L’occasion pour le pape François de dénoncer l’extrémisme religieux sous toutes ses formes.


C’est en latin et en albanais que le Saint-Père a célébré la messe dans le centre de Tirana. Un temps fort et une homélie durant laquelle il a redit combien l’Albanie avait été « une terre de martyrs ». L’occasion aussi pour le pontife d’appeler une nouvelle fois les jeunes à « construire leur existence sur Jésus Christ, à dire non à l’idolâtrie de l’argent, non à la fausse liberté individualiste… et au contraire à dire oui à la culture de la rencontre et de la solidarité, oui à la beauté inséparable du bien et du vrai…. Ainsi vous construirez une Albanie meilleure et un monde meilleur », a lancé François.

La coexistence pacifique entre les religions, un « bon signe pour le monde »

Dans la matinée, dans l’Airbus de l’Alitalia qui l’emmenait en Albanie, le Saint-Père déclarait aux 50 journalistes qui l’accompagnaient : l’Albanie « est un pays qui a tant souffert, tant de choses. Tant de souffrance ». Puis il ajoutait, « c’est un pays qui a réussi à trouver la paix entre différentes religions, et c’est un bon signe pour le monde : le dialogue, la paix, l’équilibre favorisent le gouvernement ». Il a une nouvelle fois été question de cette coexistence pacifique, et de ce modèle albanais, plus tard dans l’après-midi, lorsqu’il s’est adressé aux leaders des différentes confessions religieuses à l’université catholique Notre Dame du Bon Conseil. Juifs, orthodoxes, musulmans, évangéliques, baktashis et musulmans(soufie) étaient présents, aux côtés des évêques albanais. Le pape François s’en est pris ouvertement aux atteintes à la liberté de conscience et religieuse, tout comme à l’intolérance à l’égard des autres religions, « un ennemi particulièrement insidieux », a-t-il souligné, rappelant que « la religion authentique » était « source de paix et non de violence ». « Personne ne peut utiliser le nom de Dieu pour commettre de la violence ! Tuer au nom de Dieu est un grand sacrilège ! Discriminer au nom de Dieu est inhumain ». Et le pape de rappeler les ingrédients indispensables à un dialogue équilibré et serein : « il faut partir de sa propre identité. sans identité, on ne peut pas dialoguer. Chacun a sa propre identité et cela ne sert à rien de faire semblant d’en avoir une autre. Ce qui compte c’est de cheminer ensemble sans trahir sa propre identité, sans masque et sans hypocrisie« .

Sources : Radio Vatican, Aleteia, Zenit

>> L’intégralité du discours du pape aux autorités albanaises

>> Le message d’accueil du Président albanais

>> Bilan de la visite apostolique en Albanie