le direct Musique sacrée

Jérusalem : naissance du Terra Sancta Museum en 2015

6-piviale-genoveseLe premier musée du monde consacré aux racines du christianisme verra le jour à Jérusalem en 2015.

2000 ans après la mort et la résurrection du Christ à Jérusalem, qui ont marqué la naissance du christianisme, la Ville Sainte se verra accueillir en 2015 le premier musée dédié aux racines du christianisme et à la conservation des Lieux Saints : le Terra Sancta Museum.

La Custodie des Franciscains de Terre Sainte, très présents dans la Ville Sainte, a été atteinte par la fièvre muséographique qui s’empare des différentes communautés religieuses de Jérusalem. Et pour cause, les couvents franciscains recèlent de trésors magnifiques : un patrimoine tant artistique, qu’archéologique et culturel dont ils sont les gardiens minutieux depuis des siècles. Parmi les objets qui constituent le patrimoine, on peut trouver l’épée de Geoffroy de Bouillon, le conquérant de Jérusalem, ou encore une chape pontificale offerte par Louis XIII en 1621. L’idée du Terra Sancta Museum est de réunir et dévoiler au grand public ces merveilles au sein d’une exposition permanente. Le projet verra le jour dans un unique complexe d’exposition de 2 573m², composé dans un premier temps de trois musées un musée archéologique, un musée multimédia et un musée historique, répartis sur deux sites.

L’an dernier, une exposition au château de Versailles intitulée « Le Trésor du Saint-Sépulcre » avait déjà révélé l’existence de 250 chefs-d’œuvre inconnus du public provenant de la collection de la Custodie des Franciscains de Terre Sainte.

Le Terra Sancta Museum : vitrine du christianisme dans la ville « trois fois sainte »

Convento-San-Salvatore-150x150

Situés au cœur de la Vieille ville, à Jérusalem, connue pour son brassage culturel et religieux -notamment des trois religions monothéistes-, ces musées ont très naturellement vocation à être d’envergure internationale, c’est ce qu’a exprimé l’organisation fondatrice : « En ce moment historique particulier et délicat, il est fondamental de faire connaître au monde l’histoire de la présence chrétienne en Terre Sainte, afin de favoriser une meilleure prise de conscience de nos racines, de contribuer à l’unité de la « famille humaine » et de diffuser un message de paix dans le monde ».

Le 7 mars 2014 a été organisée une rencontre privée au couvent Saint-Sauveur entre les principaux acteurs de cette initiative, les consuls généraux de Jérusalem et diverses délégations consulaires ; le 10 mars dernier la première interview était donnée sur ce sujet par le Custode de Terre Sainte, frère Pierbattista Pizzaballa au Franciscan Media Center. Une interview qui a marqué le point de départ officiel du projet.
« Nous avons besoin de relire et de connaître notre histoire pour pouvoir vivre le présent d’une manière plus sereine » a confié le Custode de Terre Sainte lors de cette interview. « Les chrétiens, a-t-il ajouté, bien qu’ils soient une petite minorité, ont toujours été et sont encore aujourd’hui une présence très vivace et riche culturellement qui a  grandement contribué à construire des relations, non seulement avec la population locale, mais également avec tant de sociétés dans le monde. Il est donc normal qu’aujourd’hui cette réalité soit connue et diffusée ».
Retrouver la vidéo de l’interview ici.
Suivre le projet sur le site officiel.

Sources : ProTerraSancta / Terra Sancta Museum / Franciscan Media Center

>> Lire aussi : Le projet Antiokia favorise la rencontre des chrétiens orientaux et latins