le direct Musique sacrée

Le Pape convoque une conférence sur l’esclavage pour 2015

Le Pape François veut faire de la lutte contre l’esclavage une des priorités de son pontificat. A l’issue d’une réunion d’experts sur la question, ce week end, le souverain pontife a appelé à l’organisation d’une conférence sur le sujet, en 2015.

 

Travail forcé, prostitution, trafic d’organes, et tous les autres trafics, aux mains d’organisations criminelles internationales. Réunis tout le week end avec les Académies pontificales des Sciences et des Sciences sociales, mais aussi avec la Fédération internationale des associations médicales catholiques, une soixantaine d’observateurs et de spécialistes de l’esclavage ont formulé une cinquantaine de propositions contre toutes ces formes d’esclavage, accueillies avec attention par le Pape François.

 

La traite des personnes en plein essor

« Certains observateurs jugent que la traite des personnes dépassera d’ici dix années les trafics de drogue et d’armes, devenant l’activité criminelle la plus lucrative au monde » a notamment déclaré ce lundi Mgr Marcelo Sanchez Sorondo, le chancelier de l’Académie pontificale des Sciences. Ce dernier a de plus déclaré que le Saint-Siège prévoit en 2015 une réunion de 4 jours sur la question, précédée en 2014 par une réunion préparatoire. Mgr Sorondo a également souligné l’implication personnelle du Pape François sur une question pour laquelle le Saint-Siège « n’avait auparavant pas suffisamment reconnu la gravité ».

 

Le Saint Siège prend la mesure de l’esclavage dans le monde

Le Pape s’inquiète particulièrement  des différentes formes de travail forcé, et plus particulièrement celui des enfants revendeurs de drogue, « prisonniers » des réseaux et des cartels. Des organisations criminelles qui parfois avancent en coopération avec des multinationales, et des gouvernements. Sur ce point, l’expert argentin Juan Jose Llach a déclaré que ces réseaux criminels sont « comme des autoroutes sur lesquelles beaucoup de véhicules différents peuvent se mouvoir, tous illégaux. »

 

La prostitution également à l’étude

Enfin, sur la question de la prostitution, faisant actuellement débat en France, le président de la Fiamc, le docteur Jose Maria Simon Castellvi, s’est quant à lui félicité d' »un changement historique » dans l’attitude des participants face à la prostitution : « la ligne est la tolérance zéro, la prostitution doit disparaître. Elle n’est pas un mal mineur. »
Toutes ces questions, le Pape François semble bien les avoir comprises, et prise en compte. En témoigne les futurs rendez-vous sur le sujet en 2014 et 2015.