le direct Musique sacrée

Après les « évêques de salon », le Pape François fustige les « évêques d’aéroport »

Tête au carré, et tous sur une même ligne. Le Pape François ne veut voir qu’une seule tête et le fait savoir. Après avoir critiqué les évêques plus adeptes des salons feutrés que des parvis d’église, le souverain pontife s’est emporté contre les évêques à la bougeotte facile…

 

Le Pape exhorte les évêques à être de véritables pasteurs

« Résider dans un diocèse n’est pas seulement requis pour la bonne organisation mais a une racine théologique. Vous êtes époux de votre communauté, profondément liés à elle. Je vous demande, s’il vous plaît, de rester au milieu de votre peuple. » a déclaré le Pape François, en marge d’un colloque organisé par la Congrégation pour les Eglises orientales, réunissant les évêques du Moyen-Orient.

 

« Il faut rester, rester ! »

C’est un pape prenant très au sérieux son rôle d’évêque de Rome, et n’aimant pas beaucoup voyager, qui a supplié les évêques de l’assemblée de rester dans leur diocèse, sans rechercher les changements et les promotions. Ajoutant qu’à « l’époque de l’Internet, les rapports sont marqués par la rapidité ». L’Eglise doit ainsi être une institution sachant utiliser cette rapidité pour le Bien commun, et non pour des intérêts particuliers, asservis à cette rapidité qui caractérise tant notre siècle.

 

Le portrait robot de l’évêque modèle

Austérité, essentialité. Les deux caractéristiques que le Pape a développées devant la Congrégation pour les Eglises orientales, et qui font, selon lui, un bon évêque. Exit donc le carriérisme et la « psychologie de princes » de certains d’entre eux. Un conseil qui ne vaut évidemment pas que pour les évêques d’Orient.

« Soyez des évêques accueillants, cheminant avec votre peuple, avec affection, miséricorde, douceur de comportement et fermeté paternelle, avec humilité et discrétion aussi, capables d’avoir conscience aussi de vos limites et d’avoir une bonne dose d’humour » a détaillé le Pape. La présence de deux évêques syriens à cette assemblée, a enfin, permis de relativiser les propos de François, qui, une fois encore, montre qu’il sait aussi faire preuve de fermeté si nécessaire…