le direct Musique sacrée

Après le mariage pour tous, le boycott pour tous

Le slogan de la dernière campagne de pub Eram (la marque de chaussures), avait pourtant tout pour plaire aux opposants du projet de loi Taubira : « La famille, c’est sacré ». C’était bien sûr sans compter la dose de provocation et le texte qui allait avec. Les anti mariage pour tous organisent désormais un boycott de toutes les marques utilisant l’argument du mariage gay pour vendre toujours plus.

Car la première partie a en effet de quoi déplaire à ceux qui se mobilisent dans la rue depuis novembre dernier, contre le mariage homosexuel. Deux femmes enlacées et devant elles, un enfant. L’explication est dans le texte : « Comme disent mes deux mamans, la famille c’est sacré ».

Précisons que la campagne de publicité n’est pas récente, elle date de 2011. Avant-gardiste, Eram ? Toujours est-il qu’à l’heure actuelle, rappeler aux bons souvenirs des consommateurs ce genre de publicité délibérément provocante ne pouvait soulever qu’indignation chez une partie d’entre eux.

C’est pourquoi un groupe anonyme d’irréductibles opposants a lancé à la fin du mois d’avril dernier un site internet, « boycott pour tous », sur lequel il appelle à boycotter, non seulement la marque Eram, mais également toutes les marques qui ont pu jusqu’alors véhiculer dans leurs publicités les « valeurs » prônées par le mariage homosexuel. Sont ainsi directement mis en cause : Renault, Orangina, Schweppes, Mc Donald’s, La Redoute, Nike, Microsoft, Amazon, Oreo, Apple, Starbucks, CBS, Facebook, Twitter,Walt Disney.

Cela ne va évidemment pas être simple pour les partisans de La Manif Pour Tous de boycotter Facebook, et Twitter, à l’ère de la communication 2.0 et de la révolution numérique mais l’initiative peut se comprendre par la volonté de certains, de mettre en place une « jacquerie économique », comme moyen de pression sur le gouvernement et ceux qui soutiennent le projet de loi de quelque manière que ce soit. Faire mal au porte-monnaie reste une des meilleures manières de se faire entendre, depuis la nuit des temps.

L’initiative, bien que peu relayée dans les médias, a fortement été partagée sur les réseaux sociaux, principal vecteur de communication des « anti ». Et elle a suscité tellement d’intérêt que le fondateur du blog fut submergé chaque jour par une vague de mails rajoutant toujours plus de marques sur cette « black list ».  Au point que n’ayant pas les moyens de gérer l’affluence, il a du fermer le site.

Impossible donc de le consulter désormais, mais l’idée d’une fronde économique fait son chemin et pourrait bien être l’arme principale des opposants au mariage pour tous si le gouvernement continue de faire la sourde-oreille à leurs revendications.