• Autres diffusions

  • Applications pour mobiles et tablettes

    applic 2Ecoutez la radio en direct tout en naviguant sur internet

    Ecoutez vos émissions préférées à tout moment de la journée

    Suivez toutes nos actualités

    Devenez donateur

     

    Pour la télécharger, rendez-vous sur :

    applstore

    google play

     

     

    Attention ! Si vous possédez déjà l’application iPhone, Apple vous alerte pour une mise à jour. Si vous avez déjà l’application Android, il vous faut impérativement télécharger la nouvelle version. L’ancienne est amenée à disparaître.

La Voix est Libre Votre rendez-vous quotidien avec l'actualité Flux RSS du podcast

Du lundi au vendredi à 9h05 en direct - Vos questions au 01 56 56 44 00

Poser vos questions en direct : 01 56 56 44 00


Promo La Voix est Libre par radio_notre_dame

 

L'actualité vous intéresse ? Conso, politique, éducation : chaque matin, La Voix est Libre, votre rendez vous quotidien avec l'actu. Autour d'experts et d'acteurs concernés, nous vous donnons la parole.

La Voix est Libre, chaque matin dès 9h05, sur Radio Notre Dame.

Une émission quotidienne diffusée sur les radios de la COFRAC en France et à l'étranger.

Poser vos questions en direct : 01 56 56 44 00

Animée par : Alexandre Meyer

Émission du Jeudi 07 mars 2013

L'embryon humain est-il menacé ?

Jean-Marie Le Méné
Président de la Fondation Lejeune
« 3 clefs pour comprendre et agir » : télécharger le tract et diffusez-le à votre entourage
Retrouvez des retours sur l’actualité, des paroles d’experts, des exemples d’échanges avec les politiques et des zooms sur des initiatives qui font monter la mobilisation contre la recherche sur l’embryon humain, chaque semaine, dans le journal de la campagne Vous trouvez ça normal ?

Marie-Amélie Metzger
Avocate devenue juriste en entreprise
Auteur d’une tribune parue dans l'AJDA : “Du carctère facultatif de dispositions légales impératives”

Pr Alain Privat
Scientifique et chercheur, spécialiste des cellules souches
Co auteur d’une tribune parue dans le Figaro
auditionné mercredi par la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée en tant qu’expert scientifique dans le cadre de la proposition de loi sur la recherche sur l’embryon.

député Philippe Gosselin
Député UMP de la Manche (50),
Membre de l’Entente parlementaire pour la famille,
Juriste de formation, professeur de droit constitutionnel en première année à Sciences Po Paris.
http://www.philippegosselin.fr/

8 commentaires

  1. Pere Nathan Le 07 mars 2013 à 10:43

    Avons écouté à l'instant l'émission
    Une OMISSION s'en dégage: les Etats généraux doivent être obligatoirement saisis,selon la loi

    A condition qu'on ne considère qu'il ne s'agit que d'un "petit toilettage" dela loi de bioethique

    Or et voila le problème:

    -Passer du régime d'interdiction à celui d'autorisation .... ne concerne pas seulement la question de la recherche libre d'EMBRYONS devenus ainsi objets d'industrie
    - Mais aussui et surtout: elle lève la manipulation d'embryons ISSUS de CONCEPTIONS par clonage
    -M Le Méné l' atoujours caché, alors qu'il le sait bien: la loi autorise la conception de clones humains jusqu'au au stade de la "CONSTITUTION". Et cette nouvelle disposition libéralisant les EMBRYONS, ( donc les stades après la Constitution: celle qui font passer le nouvel être au statut d'embryon)
    OUVRE DE FAIT PAR LA LOI L'AUTORISATION D'UTILISER DES EMBRYONS - CLONES HUMAINS jusqu'au 9ème mois

    Rien n' a transpiré en votre émission de ce fait incontestable
    Refaites une émission d'urgence pour l'expliquer (tel pour inviter ou prevenir: Bruno
    0762480304: Association Nazareth et Ass. Vigilance-Clonage International)

    Ce n'est pas du petit toilettage et nouis ne voudrions pas que vous en portiez une part de responsabilité!

    Politiquement, et pédagogiquement, l'alerte sur l'embryon, c'est bien, mais pas mobilisateur autant que cette énormité de la libéralisation désormais totalement effective pour la recherche de l'embryon CLONE jusqu'au jour le sa naissance ! A partir du 28 mars !

  2. Bruno de Vergeron Le 07 mars 2013 à 11:01

    La honte se cache dans les Chambres de l’Enfer où nos élus se sont activés à faire passer en douce les lois d’Abomination : aujourd'hui, vous l'avez expliqué, l'embryon se voit réduit à un objet de laboratoire (c'est-à-dire, à un statut inférieur à celui du batracien) :
    Les Chambres légitiment la recherche sur l’embryon humain sans aucune contrainte désormais :
    Ce texte bouleverse les conditions de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, en supprimant l’interdiction de principe pour y substituer un cadre beaucoup plus
    large et flou. Donc : plus de contrôle, ni au plan financier, , ni au plan Bioéthique, ni au plan scientifique, ni au plan politique, ni au plan de l’intérêt thérapeutique. L’unique intérêt qui demeure : l’intérêt abominatoire . De ce point de vue, ce vote est un aveu vraiment inouï, jamais relevé par les intervenants sur la question.

    Par ailleurs, cette discussion a eu lieu sans que les Français aient été préalablement consultés par des états généraux, comme le prévoit pourtant la loi bioéthique(L1412-1 Code Santé Publique) confirmée au 7 juillet 2011.

    Cette décision constitue une véritable régression éthique, scientifique, et ontologique. Mais derrière tout cela se cache le pire:
    La fondation Lejeune et votre média pourtant merveilleux disent le quart de la vérité :
    Derrière cette ouverture que la Chambre va discuter sans honte, c'est l'ouverture de la recherche sur le CLONAGE HUMAIN qui est désormais totalement légalisé et possible à TOUS ses stades de développement en France : une "Transgression suprême" (Déclaration de Mgr Barbarin) désormais ouvertement reçue ,que la Loi Bioéthique énonçait pourtant elle - même dans son préambule comme un Crime contre l'Espèce Humaine.

    Comment comprendre que Vigilance Clonage et l’Institut Nazareth aient été les seuls à dénoncer cet aspect substantiel de la question, depuis plus de 10 ans de silence médiatique, ecclésial comme laïc, sur ce sujet qui révulserait l'immensité de la population si on le leur expliquait ne serait-ce qu'un minimum

    Vite un AUTRE débat avec des gens qui connaissent mieux la loi que ceux que nous venons d'entendre

    Vous pouvez appeler pour organiser cela au plus vite
    Institut Nazareth Responsable théologique : 0619113894, Président : 0762480304
    Journal d l'Alliance : 0950189507 pour les experts en lecture juridique

  3. Pierre-Charles aubrit Saint Pol Le 07 mars 2013 à 12:01

    Cher Monsieur,

    Votre émission est intéressante et fort bien menée et Méné (sans jeu de mot) ; je suis en accord avec les commentaires précédents qui sont de première importance...
    J'ai eu l'occasion de faire plusieurs émissions et rédigé plusieurs articles.

    Je suis à votre disposition totale pour participer à une nouvelle émission d'urgence soit physiquement présent dans vos murs si vous m'envoyez le bon de transport soit par téléphone.

    Vous pouvez visionner ma chronique 61 : http://gloria.tv/?media=395701
    Téléphone : 09 50 18 95 07
    Bien à vous
    Pierre-Charles Aubrit Saint pol

  4. Fernand Le 13 mars 2013 à 09:13

    J'ai en effet entendu le députe UMP B Debré déclarer à radio Notre Dame s'il vous plait et a KTO-La croix : mais si les clones humains sont là on ne va tout de même pas les jetter?
    Son frère JL Debré est president du Conseil Constitutionnel et a donné satisfecit global à la loi mariage pour tous inclus GPA et Pma , et à la loi bioéthique modifiée... pour créer toute forme d'embryon jusqu'au dernier jour de gestation
    Enfin, on l'a réentendu sur la 5 pour indiquer en effet que la loi qui passe le 28 contient en elle même la libéralisation de création d'embryon humain CLONES pour satisfaire à l'égalité: comme ça les mariages homo pourront avoir des enfants venus de EUX deux SEULS

    Si c'est ça, comment se fait il qu'on en parle si peu ouvertement ?

    Je ne comprends pas

    Ce serait bien en effet une emission uniquement la dessus
    le silence de plomb semble bien universel surr ces quqetions clonage humain et loi,
    non?

  5. Père de Vergeron Le 13 mars 2013 à 10:34

    Prêtre et frère de Bruno l'intervenant ci dessus, proxime du P Nathan qui m'a dit vous avoir eu au tél. Voici mon N° 065255048: Avez vous l'intention d'aller plus explicitement dans la révélation du contenu de la loi qui passe le 28?

    Je viens d'écouter toute la bande postcast de radio notre dame de cette émission du 7 mars dernier... après votre émission de ce matin. J'y reviens:
    ....en fait aux 60% de l'émission vous abordez la question de l'eugenisme frolant le sujet du clonage humain et sans en prononcer le mot..
    Merci d'avoir su expliquer qu' il n'y aura pas assez d'embryons congeles ( 170 000 x 42% sans projet parental ) en évoquant le meilleur des mondes de Huxley : en précisant ça y est on est en train d'y arrive : " on y arrive" : comme chez huxley ou on décrtitdes "batteries d'êtres humains "
    Merci d'avoir évoqué dans cette perspective la réalité de cette vaste marchandisation des embryons humains ( inutiles sur le plan de la recherche fondamentale et plus encore sur le plan therapeutique du fait des decouvertes sur l'IPS et même la possibilité de resoudre toutes les maladies dégénératives comme Alzheimer (?) dans tous les cas et au cas par cas, en utilisant des cellules souches adultes cultivées sous la peau de chaque patient avant de leur être inoculées ) et surtout l'eugénisme ...
    Vous nous avez fait entendre que, inéluctablement (puisque l'embryon est disponible) , pour cela, ils créeront des embryons pour augmenter le potentiel d'embryons exploitables, marchandisables du fait des lois en cours ( Ainsi on peut dire et mettre en relief que le "mariage pour tous" et la bioéthique 2011/2013 sont imbriqués)
    Qui donc pourrait proclamer ce "secret" ? Y insister? Le faire savoir?

    Certes vos intervenants n'ont pas employé le terme de "clonage humain" mais ont suggéré que ces techniques existent aujourd'hui pour reproduire ces embryons : une phrase par exemple "on va façonner des embryons humains" ... "à partir du moment ou on pourra disposer d'embryons pour le faire" ... Oui, je n'ai pas entendu une seule fois le mot clone mais alleluia ils étaient à un filigrane, à un doigt pour le dire : Vous en avez donc parler sans nommer le LIEVRE

    Dans votre merveilleuse émission de Radio Notre dame , on est dans le tabou sur le mot clonage mais au moins, et MERCI, vous en avez parlé dans ses descriptions les plus parlantes ; Vous ètes restés dans le politiquement "correct" de ce fait mais vous ouvrez désormais la porte pour une suite qui permet de faire le pas.

    Pourquoi pas?

    Relevez le défi

  6. Pere de Vergeron Le 13 mars 2013 à 10:55

    Pardon
    Je reviens

    Si vous voulez gagner du temps pour avoir une synthèse convaincante vous trouverez cet article
    qui résume et donne références sur les aspects des lois qui donnent ouvertement ouverture légale au Clonage de l'homme:
    L'INTENTION CACHEE DU PROJET DE LOI
    CONCERNANT LE MARIAGE POUR TOUS

    http://journaldelalliance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=296

    Bonne lecture
    Soyez béni

  7. vergeron bruno Le 19 mars 2013 à 01:30

    Merci pour votre émission du 7 mars : nous conseillons partout l'audition de votre podcast !! voici un commentaire que je me permets de livrer ici qui permet de reconstruire en les liant les deux Lois qui bouleversent notre Législation et notre avenir immédiat : en resume la Loi Mariage est une instrumentalisation qui cache une loi plus abominable qui ouvre a l'inauguration d'une nouvelle espèce humaine , une société eugénique totalitaire occultée a tous . *
    Comment cela ?
    D'abord , la loi mariage pour tous
    - profondément sort la loi française de ce qui l'a fondée: le respect de la loi naturelle
    - l'institution du mariage était fondée (pour la protéger) sur la filiation (naturelle): c'est sur elle que tout le socle législatif a bâti sa jurisprudence et ses lois ( même l'adoption par des célibataires apparemment paradoxale est fondée sur ce modèle, la place vacante pour le père ou la mère manquante étant prise en compte (à l'instar d'un orphelin par accident de son père ou de sa mère) n’est pas contraire a la filiation naturelle: contrairement à la nouvelle loi qui s’extrait délibérément de ce modèle naturel )
    - aussi c'est un modèle contre nature qui fonde désormais (ses premiers articles sont déjà votés), l'institution familiale sur un modèle infertile : faisant passer l'institution séculaire de la fécondité à une institution de la stérilité
    Il y a éminemment pire:
    Même si on peut y voir une conséquence et non une intention délibérée , eu égard au syndrome patent de la "sidération face à l'horreur " qui s'empare des "penseurs" sur cette question de bouleversement de civilisation ... Car, si tous partagent l'idée que bouleversement de civilisation, il y a, peu sont d'accord pour dire pourquoi, en quoi , à l'analyse (les conséquences étant à lorgnette étroite pour l'immense majorité, chacun voyant midi à sa fenêtre qu'il y soit opposé a la loi ou favorable) Parmi ces conséquences, une des plus visibles, pour pallier a la stérilité fondamentale de cette nouvelle institution de l'infécondité (mariage dans l'indifférenciation sexuelle), nouveau socle de la société, c'est qu'il est nécessaire de faire appel à des techniques de procréation artificielle
    - par la marchandisation du corps humain: semences masculines pour les couples lesbiennes (qui peuvent aussi faire appel à des géniteurs copains par ailleurs, pour elles, la transgression morale est plus facile et moins couteuse a obtenir), ovules féminins pour les couples homosexuels masculins
    - par la fécondation in vitro par exemple (ou/et la récupération d'enfants "in vitro" congelés) qui pourraient donc ouvrir, par l'adoption pour tous déjà votée, cette banque d'enfants sans projet parental, et, de ce fait, disponibles
    Tout cela bouleverse une autre loi : la Loi Bioéthique: C'est ce qu'avait bien signalé le Conseil d'Etat, gardé secret au public, à propos du projet de Loi Mariage pour tous; il précisait que cette première Loi Mariage implique -du fait de son imbrication étroite avec la Loi Bioéthique (Loi sociétale par excellence qui fixe l'éthique et son respect par la loi civile et pénale)- un débat prévu par la dite Loi Bioéthique (art46) et par le Code de la Santé Publique ( art L1412-1). Mais l'Etat méprisera cette obligation légale, à la suite du Conseil Constitutionnel -présidée par l'UMP (et son Président JL Debré) - et enfin le Conseil Economique et Social (après et malgré les 700 000 signatures) . Reste le CCNE qui s'est auto saisi de cette question (après la manifestation de plus de 1 millions de français le 13 janvier). Tout ceci aura légitimé le report de la question de la PMA et de la GPA à plus tard (et de façon totalement artificielle, voire en bafouant l'esprit des lois et de la démocratie, en séparant ces débats du vote des articles sur le mariage et l'adoption pour tous) .
    Oui cela ne sera pas satisfaisant: il faut des mères porteuses pour "porter" ces embryons disponibles pour ces deux papas à orientation sexuelle ..... infertile et non porteuse de filiation: ainsi s'ouvre cette fois aussitôt une législation qui autorise (ra)
    -la marchandisation du corps humain de la femme par la vente ou la location de son utérus pour la gestation, jusqu'au 9è mois ----->Cela implique des conséquences inouïes (au delà des droits de la femme totalement bafouées, dans le silence quasi stupéfiant des tenant(e)s de l'idéologie féministe) par exemple
    - la mise en cause de la liberté de la mère loueuse : quelle est la liberté laissée a la mère porteuse ? Car, somme toute, la mère porteuse est tout de même libre de rompre son contrat en cours de gestation : c'est elle qui a la maitrise de son corps (elle peut avorter , elle peut accoucher sous X, certes mais aussi in fine garder l'enfant qu'elle a porté ou réclamer des droits sur lui ...) . Bref ce n'est pas si simple, car la mère est propriétaire de son corps jusqu'a la naissance a minima
    - la réduction du statut de l’embryon, du fœtus pendant cette période de gestation à l’état d’objet? Il n'est aujourd’hui pas une personne selon la loi civile, qualité civile qu'il n'acquerra par la loi qu'après sa naissance (faut il rappeler qu'au regard de la loi civile il est un être humain dès la conception, et qu’au regard de la loi naturelle il est une personne humaine, car l'être humain conçu -s'il n'est pas supprimé et jusqu'a sa mort - est revêtu de tout ce qu'il est, biologiquement, psychologiquement et spirituellement (*):
    (*)en effet les bio généticiens ont découvert que, dès les premières heures après son apparition l'être humain communique avec sa mère par des signaux : dans l’ovule fécondé et le génome constitué, celui ci communique avec sa mère, envoie des messages que la mère comprend et auxquels la mère répond de façon spécifique. Il est dès son commencement un être de relation - une véritable révélation à l'instar de la loi de 1994 qui fait prévaloir la prise en compte déterminante du projet parental avant celle de l'existence de l'être humain , considéré comme incapable de relation)
    C'est la Loi Bioéthique encore qui par le fait même doit être profondément modifiée pour résoudre cette impossible question d’infertilité et de solution adéquate pour la résoudre sans uin radical changement de la Loi Bioéthique .
    Aussi :
    · Le 4 décembre, en catimini - encore une fois en ignorant l'obligation légale de convoquer des Etats Généraux pour une réforme éthique aussi essentielle , ce que seul le CEF, par la voix le 6 décembre du Président de sa Commission Bioéthique, Mgr D'Ornelas, mais que personne ne reproduira -, le Sénat modifie substantiellement un article (art 41) de la Loi Bioéthique faisant passer le statut de l'embryon (donc jusqu'au 9è mois) au rang de matériau librement utilisable pour la recherche y compris procréative . Le droit commun (respect de l'être humain) devient l'exception et la transgression éthique devient la règle : sa destruction
    Auparavant l'embryon devait être respecté en tant qu'être humain dès le commencement, sa destruction faisant certes l'objet de dérogations (serait ce du fait d'absence de projet parental clairement ou non exprimé) par des lois séparées (IVG etc.) et dans le cadre de la Loi Bioéthique dans le cadre de dérogations strictement délimitées (à des fins thérapeutiques ou médicales et généralement empêchées du fait de l'inefficience des thérapies géniques -qui utilisent l'embryon ou des cellules souches embryonnaires entrainant la destruction de ceux ci - et de l'efficacité de toutes les autres thérapies non contraires a l'éthique du respect de l'être humain)
    · Du 20 au 28 mars à l'Assemblée Nationale , c'est cette mutation sociétale cataclysmique pour l'éthique en France que l'Etat introduit sans débats , pendant que de très rares voix le signalent ( à l'instar de la mobilisation qui pompe toutes les forces et regards sur le passage au Sénat de la Loi Mariage début avril ); néanmoins il est a signaler le 7 mars une émission la voix est libre a 9h du matin sur radio Notre Dame dont le contenu est le seul a porter l'ampleur des conséquences de cette loi , jusqu'a parler de faire entrer notre société dans l''eugénisme - dont tous se rappelleront la condamnation universelle à Nuremberg - et la légalisation pratique autorisant le clonage humain - dont la Loi Bioéthique décrète que celui ci est un crime contre l'espèce humaine si on permet la naissance de ces nouveaux êtres humains
    Et le commentaire ci dessus de Fernand ( merci à lui ) citant B Debré sur FR5 et Radio Notre Dame donne le ton POUR LE CLONAGE HUMAIN SANS QUE PERSONNE DANS CES EMISSIONS N'EN RELEVE ou n'oppose quelque réaction alors que l 'histoire considère le clonage humain comme un crime contre l'humanité !!
    Voici le lien pour le podcast de l'émission (http://radionotredame.net/emission/la-voix-est-libre/07-03-2013/) la votre , la meilleure information même si certains points méritent d’être précisés (à chaque fois que le mot eugénisme est employé: traduisons par « clonage humain » mot dont quiconque comprend l’horreur et qui n’y est pas prononcé. La question des QCP seul recours encore possible pour les élus n’est pas approfondi)
    Voici le lien pour une première approche de l'intention cachée de la Loi Mariage pour tous http://journaldelalliance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=296 (sauf le point 4 l'article a été piraté par une liste d'articles de lois sans les décrypter comme le fait tout le reste de l'article, et qui font croire que la loi Bioéthique interdit alors qu'en fait elle autorise réellement le clonage humain , ce point d'attaque est évidemment fondamental dans un des rares liens internet qui évoque avec catholiquedu.net rubrique insti)
    Un article ( plus détaillé encore sur le lien Avril 2011 : Decryptage de la loi 2004-2011 en discussion: textes autorisant le Clonage humain ) qui expose crument les faits et articles de la loi bioéthique dont , en résume
    *la Loi Bioéthique autorise déjà depuis 2004 et de façon aggravée depuis 2011 :
    -la création de clones humains, leur développement jusqu'a la phase intra utérine (à des fins thérapeutiques),
    -la non condamnation comme crime contre l'espèce humaine si ces clones sont produits a partir d'embryons humains non nés (par exemple issus d’IVG ou si la modification déjà votée le 4 décembre au Sénat est validée par l'Assemblée nationale sans opposition)

    Comment éviter ce bouleversement législatif ?
    Faire connaitre cette information : nous pouvons participer y compris avec E N qui a été expert pour le Conseil Pontifical pour la Science et a travaillé avec le reseau Vigilance clonage en 2002-2004 et 2009-2011, par une nouvelle emisssion radio
    S'approprier de son contenu par une analyse objective et réaliste
    Diffuser au plus grand nombre aux autorités les plus concernées pour en faciliter la prise de conscience et leur permettre d'intervenir , réagir, réunir un consensus qui brise le silence , ,la sidération face à l'horreur de l'évènement ( c'est à dire horreur telle que personne n'est disposé a la recevoir , encore moins de penser qu'elle soit possible , qu'elle soit réelle, que personne n'en ait parlé jusqu'ici , encore moins qu'aucun media n'ait offert une ligne sur cette question, ou qu'aucune autorité morale ou politique ne se soit exprimée pour protester clairement et appeler à la raison face à une telle folie etc. .)
    (Faire ) Ecrire aux députés un mail pour les alerter les appeler a réunir quelques uns d'entre eux pour poser le plus vite possible et avec la plus grande détermination un QCP, en les avertissant qu'en tant que citoyen français, chacun de nous ne manquera pas d'observer leur attitude attentivement et de la mettre à jour largement sur cette inversion essentielle des principes qui orientent et déterminent le bien de la Société et de l'Humanité

  8. vergeron bruno Le 19 mars 2013 à 01:46

    Puis je me permettre de dire tout de même (ne faut il pas expliciter à nos elus qui probablement ignorent ( m^me si on peut en douter quand on entend le deputé UMP B Debré comme l'évoque ci dessus fernand , propos que j'ai egalement entendus !!! ):

    - que la loi Bioéthique de 2004 et révisée en 2011, abonde très largement sur le thème de loi bioéthique de 1994, qui elle a introduit justement la prévalence sur le statut de l'embryon du projet parental ( et surtout d'absence de projet parental : à l'instar de l'IVG si les parents n'en veulent pas il n'existe pas !!! ET c'est ce que depuis 1994 ce principe s'applique pour les embryons , fivete surnuméraires , qui seront éliminés puis congelés en 1998, par exemple, et leur mise a disposition pour la recherche autre exemple dans la loi Bioéthique de 2004 de façon dérogatoire à l'interdit de l'utilisation des embryons pour la recherche)
    - que le principe de passage de l'interdit sous dérogation à son autorisation sous conditions, se situe dans cette lignée historique, bien entendu : c'est ici que la fondation Lejeune situe la transgression. Pour eux elle porte sur le statut de l'embryon humai. Ils n'ont pas tord mais c'est largement insuffisant
    - que la création de chimères (ou hybridation ) pour la recherche a été interdite grâce à notre intervention et surtout celle de Mth Hermange en 2011 grâce à un de ses amendements au Sénat. Mais elle n'a pu aller plus loin (par exemple pour interdire la création de clones humains "homme/homme" en quelque sorte)
    - que la création et la constitution d'embryon à des fins thérapeutiques est d'ores et déjà autorisée depuis 2004 : ce n'est pas cette modification en cours qui introduit cette libéralisation aux dépends de l'enfant conçu et du principe d'interdiction du clonage humain en tant que crime contre l'espèce humaine. Par contre ce projet va permettre d'aller au delà de la "constitution" de l'embryon clone, car elle ne fait pas de distinguo entre l'embryon issu de la fécondation et l'embryon issu de la reprogrammation par transfert nucléaire ( autrement dit du clonage humain): ces embryons pourront servir, tous à la recherche par le fait que cette autorisation devient le droit commun et la protection de l'embryon l'exception ( sous condition de projet parental signifié par les parents, si tant est qu'ils pensent à le faire). de ce fait indirectement et subtilement le stade de maitrise du clonage humain est largement ouvert a la recherche de la conception au 7è jour (clonage thérapeutique, Loi 2004-2011) et dans la période de gestation du 8è jour au 9è mois (autorisation de l'utilisation des embryons pour la recherche)
    - qu'il y a un fait non anodin à signaler: le code pénal ne punit pas le crime contre l'espèce humaine qu'est le clonage humain reproductif si le clone est reprogrammé avec des blastocyste, blastomères ( pré-embryons ), des embryons, des fœtus qui ne sont pas nés (exemple embryons libres pour la recherche grâce au projet de loi , mais aussi ceux issus de fausses couches, d'abandons de parents avant naissance (IVG , IMG etc.), ou morts nés donnés à la recherche ). Il en va de même pour les transgression sur les dérogations imposées pour le clonage a des fins de recherche ou pour le clonage à des fins thérapeutiques. Seul le clonage d'une personne étant née, vivante ou décédée est considéré comme un crime contre l'espèce humaine. Ainsi la modification de la loi introduit à un très vaste de champs de possibilité de développer le clonage humain à partir des ...embryons humains vivants, soit pour tester des millions de cellules thérapeutiques qui attendent dans les laboratoires de recherche génique, soit pour aider à façonner de nouveaux embryons ( et bien sur non par fécondation mais par la technique du clonage humain: qui permet de centupler le nombre d'embryons disponibles) .
    - que par là il est tout a fait légitime de parler d'eugénisme: la recherche pourra façonner a sa guise les embryons qu'elle veut en laboratoire tant qu'elle ne procède pas à la naissance du clone (ou de l'embryon) ainsi façonné sans risquer de tomber sous le coup de l'opprobre -a défaut d'une loi qui le pénaliserait si ce clone était issu d'une personne vivante ou décédée. Comment une fois maitrisée tous ces stades de développement cette science de la procréation humaine ne débouchera-t-elle pas inéluctablement à la naissance et à l'adoption d'enfants à la carte (c’est ce que déclarait Axel Kahn aux Semaines Sociales de France en 2003 à Paris : aujourd’hui il revendique cette liberté )?
    -qu'il s'agit bien d'une libéralisation totale de création d'embryons par clonage plus que par fécondation pour la recherche qui se profile, en catimini , sans que personne ni ne s'en offusque, ni ne le dénonce , ni ne le signale comme contraire à toutes les Conventions Internationales , Condamnations universelles , Déclarations sur les Droits Humains , Condamnations contre les Crimes contre l'Humanité qui s'imposent comme norme supérieure aux Lois nationales
    -qu'il s'agit en quelque sorte d'une duplication- miroir de la Loi mariage pour tous au niveau de l'enfant dans sa procréation : en ce sens que l'embryon pour exister n'aura pas besoin ni de gamète mâle ni de gamète femelle - ce qui relève de la fécondation (naturelle) in vivo ou artificielle (in vitro) - mais il sera fait à partir de cellules totipotentes extraites des cellules souches embryonnaires (CSE) cultivées a partir d'embryons détruits (fussent ils surnuméraires, issus des Five, ou en quantité infinie des transferts nucléaires à partir de CSE): ils n'auront ni père ni mère pour exister . Avec la loi mariage pour tous, est consacré le fait qu'après ce mauvais commencement , ils n'auront pas droit systématiquement à avoir un père et une mère (ce qui est contraire a la Déclaration internationale des Droits de l’Enfant et de l’article 8/9 du CEDH qui dit que l’Enfant a droit à une famille , ce terme s’entendant dans l’acceptation traditionnelle d’une père d’une mère et des enfants) . Les enfants issus de l'unité de l'homme et de la femme deviennent l'exception et les autres déjà prochainement aux stades de leur procréation seront de droit commun ( ne voyait on pas la grossesse déclarée comme une maladie à l'ONU dans les années 90 qui généra la notion du "genre" sans pouvoir alors l'imposer , et ,dans les slogans du féminisme, un déterminisme inégalitaire contraire à l'égalité de l'homme et de la femme ?)
    - et pourtant , dans un premier temps , il faudra bien des utérus féminins pour tester ce développement d'embryons et les fournir en bonne et due forme sur le marché des enfants désirés par une société de couples infertiles ou non , quelques soient leurs orientations sexuelles! C'est là que s'introduit la nécessité de libérer pour cette recherche médicale et procréative la gestation pour autrui (GPA) sous le prétexte qu'elle libère la société de l'hypocrisie face aux milliers d'enfants en France adoptés par des couples et issus de mères porteuses a l'étranger là ou cette gestation est autorisée (60% des enfants adoptés par des couples homosexuels proviennent de Mères porteuses en Israël : l'adoption pour tous permet, grâce à la circulaire Taubira de décembre, de valider cette pratique de proxénétisme exporté du corps de la femme) .
    -qu'ainsi la loi mariage pour tous -qui instrumentalise l'homosexualité pour défaire les fondements naturels de l'institution du mariage fertile , la filiation qui en découle- est elle même instrumentalisée pour favoriser la procréation humaine artificielle dont le développement sans frein a besoin de la gestation, donc de ventre féminins pour progresser plus vite dans la compétitivité internationale. Cette instrumentalisation est en fait l'ouverture quasi générale vers incluant le clonage humain -un crime contre l'espèce humaine si celui ci est fait dans certaines conditions précises (qui resteront l'exception) - et le proxénétisme d'Etat

    Voila ce en quoi chacun de nos députés (et sénateurs) devra être confronté en conscience lorsqu'il votera la loi entre le 20 et le 28 mars : cela ne vaut il pas la peine de le porter à sa connaissance de l'interroger en conscience sur ce qu'il compte faire pour éviter cette " transgression sans précédent"(Président Jacques Chirac juillet 2004).
    Ne pourrait-on pas , m^me si la suggestion n'est pas exhaustive de bien d'autres , les inciter pour que soit débattue cette importante réforme sociétale à organiser, ou rejoindre ceux qui l’organiseront, une Question Prioritaire de Constitutionnalité (Q. P. C.), ainsi que les y autorise la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008.
    Ou même proposer un amendement qui déclarerait que le clonage humain reproductif soit décrété un crime contre l’Humanité (et non plus seulement contre l’espèce humaine ce qui dispense le pays des normes en matière de crimes contre l’humanité, justement): nous verrions tout de suite les elus fidèle à l'ideologie nazie ou aux forces qui la combattent
    Ou encore de proposer un amendement interdisant l’utilisation de CSE et d’embryons humains quels que soient leur provenance pour procréer de nouveaux êtres humains que ce soit à des fins de recherche, à des fins médicales, d’AMP, commerciales, d’import-export, thérapeutiques , ou reproductives: ce serait pouvoir remettre à la clarté une réalité encore occultée aux françaisq qui ne veulent pas du clonage humain support de l'eugénisme d'Eatat qui s'ouvre, en ce mois de mars, de façon large et bestiale , sans aucun Etats génréaux ni debat , ni parution dans les medias : un SILENCE ASSOURDISSANT
    VOUS TROUVEZ CA NORMAL ?

    Beaucoup moins , infiniment moins que de ramener l'embryon à l'état de batracien , je suis desolé pour ceux qui mènent ainsi cette campagne . La voix n'est elle pas libre ?

    Bruno de Vergeron
    modeste citoyen et catholique
    porte parole de l'équipe vigilance clonage international depuis 15 ans
    vergeronbruno@netcourrier.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *