• Autres diffusions

  • Applications pour mobiles et tablettes

    applic 2Ecoutez la radio en direct tout en naviguant sur internet

    Ecoutez vos émissions préférées à tout moment de la journée

    Suivez toutes nos actualités

    Devenez donateur

     

    Pour la télécharger, rendez-vous sur :

    applstore

    google play

     

     

    Attention ! Si vous possédez déjà l’application iPhone, Apple vous alerte pour une mise à jour. Si vous avez déjà l’application Android, il vous faut impérativement télécharger la nouvelle version. L’ancienne est amenée à disparaître.

Conférences de Carême conférences de carême de Notre Dame Flux RSS du podcast

Le dimanche de 21h00 à 21h45

Le thème : "L'homme, un être appelé"

Après l’Année de la foi, le cardinal André Vingt-Trois,  archevêque  de Paris,  invite  les Parisiens  à répondre à l’appel du Christ à aller annoncer l’Evangile à leurs contemporains. Une année pour se préparer à la grande mission qui aura lieu durant l’Avent 2014. Les conférences de Carême  permettront d’approfondir ce thème avant l’envoi en mission.

conf carêmeAu milieu des multiples sollicitations qui le pressent, comment l'homme du 21ème siècle discerne-t-il l'appel du Seigneur ?

Ce ne sont pas les appels qui manquent; les signes sont nombreux, il est difficile d'y voir clair. Et quand cela s'éclaire, il est difficile de se décider. Qu'il soit mu par l'hédonisme ou par une quête existentielle, l’homme cherche et se cherche, inquiet. « Quelle est ma culture ? Quelle est ma place dans la société ? Dans quelle direction allons-nous ?» À travers ces questions l’homme se demande : « Qui suis-je ? ». L’inquiétude tourne autour de son identité. Tour à tour happées par les mutations culturelles ou par des forces transcendantes, les identités sont mouvantes, mais parfois se durcissent. N'y a-t-il que peu d'appelés ? Au contraire, l'homme a une soif vitale d'entendre le puissant Appel qui l'éveille et le livre à ses frères. Nous avons choisi d'explorer, durant le Carême 2014, l'Appel que Dieu fait résonner dans le cœur de l'homme aujourd'hui.

 

 

Dimanche 9 mars : « Toi, suis-moi. » (Jn 21, 22) par Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris.

Ai-je le droit de croire à mon étoile et de la chercher dans le ciel ? Dieu appelle. L’humanité tout entière est appelée. L’Église est l’humanité qui se sait appelée et répond. Elle est la portion qui répond à cet appel. A la lumière de l’appel de Dieu, on peut dire que la personnalité est originellement une existence appelée, un sujet convoqué. La notion de personne est à comprendre comme vocation, appelée à un rôle dans le dessein de Dieu.

Dimanche 16 mars : « Beaucoup sont appelés mais peu sont élus. » (Mt 22,14) par Mgr Michel Aupetit, évêque auxiliaire de Paris.

Si les paroles de Jésus ont fasciné son auditoire : « jamais homme n’a parlé comme cet homme » et continuent de bouleverser les cœurs, certaines phrases par lui prononcées sont dures à entendre car elles nous déroutent. « Beaucoup sont appelés et peu sont élus » appartient à ces expressions que nous aimerions occulter car elles semblent contradictoires avec l’infinie miséricorde qui émane de lui et qui nous rassure. Quel est donc cet appel si généreux qui semble s’exténuer dans une élection parcimonieuse ? Ne sommes-nous pas tentés de dire comme les disciples : « Qui donc peut-être sauvé ? »

Dimanche 23 mars : « Rappelle-toi les signes du Seigneur. » (Dt 7, 19) par Mgr Bruno Lefevre Pontalis, vicaire général de Paris.

Du premier moment de la création, Dieu est impliqué dans la vie de son peuple et de l’humanité. Il se dit dans l’histoire des hommes et le déroulement de nos existences. Il se révèle rarement avec le fracas du tonnerre. Dieu n’aime pas se donner en spectacle. Mais comme nous avons tendance à attendre des évènements extraordinaires pour comprendre sa volonté, nous risquons de passer assez facilement à côté de ces signes par lesquels le Seigneur nous appelle chaque jour. Comment la Bible parle-t-elle des signes de Dieu ? Pourquoi Jésus lui-même a, tantôt accepté, tantôt refusé de donner des signes de sa mission ? Quels sont aujourd’hui les manifestations sûres par lesquelles Dieu continue de nous appeler ? Comment en discerner l’authenticité ? Devons-nous finalement attendre et demander des signes ?

Dimanche 30 mars : « Celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. » (Lc 9,24) par Mgr Eric de Moulins Beaufort, évêque auxiliaire de Paris.

L’appel de Jésus est radical : il ose appeler à perdre sa vie à cause de lui. A la réflexion, ce mouvement : perdre pour gagner, s’enracine dans notre condition humaine. Le plus beau déploiement humain suppose de renoncer à savoir ce que l’on devient. Il faut donc développer ses talents, tirer profit des expériences et des opportunités de la vie, mais progresser aussi dans la capacité à tout remettre, à ne rien mesurer soi-même : au bout du compte, l’appel de Dieu m’arrache à moi-même et me fait devenir ce que je ne peux avoir prévu d’être. La beauté d’une vie ne vient pas de ce qu’elle produit mais de sa fécondité.

Dimanche 6 avril : « Celui qui m’a vu a vu le Père. » (Jn 14,9) par Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris.

Notre monde s’est profondément transformé en quelques années et a vu surgir des projets de société que les générations à venir auront à assumer sans les avoir choisis. L’Eglise reçoit de Dieu la mission de parler au nom de l’homme image et ressemblance de Dieu. Dans les transformations du monde, elle cherche à indiquer un chemin qui corresponde au bien de tout homme et de tout l’homme. Le Christ, Dieu fait homme, vient éclairer le sens de la vie de l’homme d’une manière nouvelle : il vit filialement et nous apprend à reconnaître le Père.

Dimanche 13 avril : « Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. » (1Tim 1,15) par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris.

« Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs » (Mc 2, 17). Cette phrase pose une multitude de questions. Qui sont « les pécheurs » ? Comment Jésus les appelle-t-il ? Comment répondre à cet appel ? Et que deviennent les justes alors ? Les figures de Pierre, Lévi et Zachée nous permettront de mieux saisir l’irruption de la grâce de Dieu dans l’histoire des hommes et comment Dieu dans sa miséricorde vient solliciter de nous une réponse libre afin de devenir un signe d’espérance pour le monde.

Plus d’infos sur : www.cheminerverspaques.com

Émission du Dimanche 17 février 2013

Croire, un don, une décision ? Mgr Bruno Lefevre Pontalis, vicaire général

L'information pour ce jour n'a pas encore été renseignée.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *